Charles Pennequin et Armée Noire

specio

Long lac / blé rouge

31/07/2012 - 10:39

Elle est mutique. Devant lui. L'histoire est terminée. Pour des raisons qui sont expliquées ci devant elle. Elle est ici. Elle est mutique. L'histoire est terminée. Le début s'est déroulé au début. Au tout début. La fin s'est déroulée à la fin. A la toute fin. Elle est ici. Elle est mutique. Devant lui. L'histoire est terminée. Il ne s'explique plus. Il s'est expliqué, voilà. Il a dit. Il a articulé ce qu'il devait dire. Tout ce qu'il devait dire. Voilà tout. Voilà. Elle est mutique. Devant lui. L'histoire est terminée. Il pourrait y avoir d'autres raisons que les raisons expliquées. Il faudrait que ce soit des raisons qui résonnent dans sa bouche à elle. Il faudrait qu'elle décide d'ouvrir la bouche. Elle. Il faudrait que des mots soient formés. Des mots à elle. Il faudrait des questions. A elle.. Il faudrait une discussion à deux. Et changer cette couleur. La couleur terne de la séparation. De l'histoire terminée. Il faudrait qu'elle participe à l'explication. Il faudrait qu'elle décide d'être là. Vraiment. Il faudrait que ce soit différent. Il faudrait que ses mots, propres, participent. Il faudrait que ses yeux reviennent à ce devant, avec lui. Elle est mutique. Elle le regarde se lever. Elle est mutique. Il est là. Elle est mutique. Il ne sait pas comment lui dire au revoir. Elle est mutique. Il lui demande si c'est comme ça que ça doit être. Et c'est comme ça que ça sera. Elle est mutique. Il doit faire quoi maintenant. Il doit sans doute l'enlacer. Il l'enlace.Ne serre pas. Serre un peu. Pas beaucoup. Elle est mutique. Il dépose une bise sur sa joue droite. Elle est mutique. Il avait dit qu'ils ne se feraient jamais la bise. Il lui fait la bise. Elle est mutique. Il ramasse ses affaires. Un livre. Des lunettes. Elle est mutique.
Il s'en va. Elle s'en va.

 

Rares moments ratés / raviolis frais / rires graves

17/04/2012 - 00:59

 

 

L'élégance de ma reine

31/10/2013 - 19:32

 

vernissage de l'exposition d'olivier specio

(http://spectral-force.eklablog.com/)

+ lecture d'antoine boute

(http://antoineboute.blogspot.fr/)


Naqu1oeil

19 rue bouquière à Bordeaux
19 rue bouquière à Bordeaux

Vent frais vent du tapin

30/05/2012 - 10:19

A l'arrêt de tram. Avec la chaleur de fin d'après-midi. Avec un sac Barbie rose sur les épaules. Avec une courte jupe rouge. Dans un débardeur gris qui transpire de l'entre-brasure. Sous un talon de femme agile et bandante. Sur la chevelure d'une ombre au repos. De toutes les parties, de tous les brasiers. D'outre-passage à pisse froide sur ta peau translucide. D'un air de rien à foutre. D'une parole d'insulte adressé à ton enfant sage. A l'encontre de toi qui lit une revue médicale. En regardant cette fille qui ne sait pas ce que je sais et qui en connait pourtant un peu plus sur ce qu'il faudrait savoir de toi. En carressant l'idée de passer la paume sous le tissu, sous le pagne, sous la soie. En maudissant cette injure manufacturée. En se mordant l'intérieur de ne pas pouvoir les caresser. Toutes.
A l'arrêt. Chiens de fausse faïence et pâles copies de mecs outragés. Chemises collées sur poils odorants.
Rejoindre demain sa demi-maison périphérique.
Sentir, avoir chaud, voir.
Attendre la nuit.

Syndiquer le contenu