Charles Pennequin et Armée Noire

sperme

Cohue du tohu-bohu ou... l’agonie crépusculaire du cunilingus

27/03/2011 - 19:46

 

 

dérapisse glisse 

chuttombe

 

 

BOUES chiasses bues en trombe âcre rance bombance du cul en pestilence transe urgente des gens s’urinant sales LICK CUNT essences vaseuses dessus suent airs. 

 

cas CENDRES capitaliste cannibale avalant cacas acides de cadavres crasse rassie dévalant fatal l’italique idyllique fétide fiente de lave salivante anale vile lente annihilant la vie. (LITTER LETTER)

 

peaux moisies os noircis eaux ainsi nourrissant les plis plein de pus de poux de pets pourrissants entre fesses flasques TRASH SHIT et cuisses clitorigide presque en passe d’essai tige ouvrir laid lait LICK CUNT bées blessées de masque poisse langoisse.

 

CONS avortons en gueuletons foetus en bonus bébés en beignets sang séché ou coulé LICK CUNT du nouveau-né mort sous le nez entre dents du dedans croquant crachant crissant CENDRES de la chair crade croissant sucrée en caries viciée les lèvres grêles dévorées suçant le vit vite expiré esquissé vissé.

 

râlangues exsangues de vomis mi visqueux mi solide humide de queues d’animaux malades de masse en salade de limaces TRASH SHIT boyaux rasades de gros yeux en gelée en pustules testicules de bélier déliés des pilosités ridicules de policiers dépecés et lustrés plaies lambeaux emplies LICK CUNT de puces d’insectes d’abcès excès d’humus humeurs qui meurent.

 

spermes amers merde de mère dame immergée en bain de glaires grises engrais de verges d’ères liquides qui LICK CUNT larmes de guerre fluides épidermes irradiés corps morts amarrés à l’idée débile débordant de graisse grise tentaculaire cancer CENDRES hantant suintant la larve la morve la viande torve et déteinte d’impropres lèpres décharnant les charniers de crânes massacres et de déchets entachés entassés harnachés à l’âne empaillé dépouillé pillé.

 

 

incestes scatomanes nécrophages restes 

suçant léchant ahanant haletant les sucs

les muscs en bouts en mous sens bus mus

blancs boutonnants noirs nuits sans tons

tâtonnant démangeaisons jutant nauséabond

l’embonpoint carnage cassons crions de marécages

d’âges dégueulasses chasse à la décapitalisation des

 

 

bukkake décapant BOUES enfants défoncés confessés frappés de foutres purulence élance en silence carcasses poussiéreuses rances dépecé désossé dévoré de vers verdâtres trop terre-à-terre autre trace atroce TRASH SHIT de monstres mutants honteux à trois bras jaunes haleine faune un oeil informe miteux recueil LICK CUNT de noeuds de couilles en vieux pneus hideux grouillant de.

 

crottes apocalyptiques croûtes critiques LICK CUNT dégoulinant du nucléaire cyprine au césium éclairs dégueulant iode gluant à la mode du plutonium plutôt ignoble déshominidant idéaux pensant l’immense CENDRES sanctuaire des ovaires doses choses dérisoires ruines de pines de poires ou pire de camps de peurs vapeurs torpeurs désespérées mutilant les mots torchés. (LITTER LETTER)

 

TRASH SHIT terreur tortures erreur ordure obscure horreur de l’heure dure odeur de saumure murant l’impure violant toute figure urgemment vidant ses boyaux en bocaux ses tripes en fripes intestins en festins en fastes en fists blattes blettes bêtes destins des troncs CONS jappant joyeux à l’orage du japon rage épongeant l’engeance de gens qui de là fout coup chie ma couche de fous fauchés à la louche touchant à l’escarmouche des champs d’

 

 

esclaves délavés 

de l’Un du

système d’un

thème livide

spectacle qui va

désastrace au

pinacle se

raclant dansant

les caves des

débarras

rats

 

r

a peut - être un rapport::

gokkun - douceurs… en maintenance (au noir)

19/01/2011 - 00:24

 

 

 

xxxxxxxxxxxxx

 

 

 

l’angoisse langue poisse qui -ou quoi- jouisse poussant lent le viol

eaux vies tri trolls aux vives oh livre ivre folle molle moelle poils pi-

sang sur elle

 

doigts ou mi désirs humides et sûrs d’usage -urgent- rageant l’amie

mourre des mouilles maille à partir par terre et turgescence en jets

sens suées

 

m’occire oxyde au terme des sbires du sperme ou pire partout erre

aux dermes dits partouze ferme folle -phalle- fille où fêle parfume fout

temps trouée

 

au fil de ta peau pute tapotant tâtant le faux fuitant tes pores tes potes

débords d’éros désert heurtant -tes guerres- tant de ta hâte à toi gai

t’en rire d’aile

 

de l’orgasme asthme hors monde spasme onde -danse- lance pense 

long d’eux voluptés volutes nos luttes tes vols de libertés thé fiole lotie

tubant dés

 

 

 

...chaos jouant de l’os cahin-caha au cul des cas tohu-bohu de joie

 

...maints nœuds noyant nos nous tenant tout ton pouls poulpe puant

 

...frottant le chaud le fluide ado liquide ou trop rapide sanglot gluant

 

...désastres des clins d’œils du hasard au visage déclin d’art en proie

 

 

 

au déclic des clitoris hissant le risque à l’aube des lies de délices 

 

 

chiant la mort au détour du festin d’amour et d’orgie jutant l’aurore

 

 

(qui l’allume hier (nuit hallucinante luisant en nids (si lancinante)))

 

 

 

écran en bandes en bras invaginant l’image embrassant en bas bains

 

soufflant souffrant le saugrenu néant tonnant de sommeil se suicidant

 

en seins cernés de salives sales hiver de nos lèvres fièvre aux sourires

 

crasseux radieux radiés de rares odes au crade criant à ceux qui croient

 

 

 

(oui (bonheur baisant) à la chance (serrant dit peu) (punk)) chutant)

 

 

abîme pourrissant monstrueusement sous mes caresses nourrissantes

 

 

riens squattant la casse le cloaque des chiens à coups de clash complice

 

 

 

...gravité dilatée quantiquement l’amant tranquille alimentant l’audace si grasse

 

...agissant aigrement et allègrement grâce à la glisse suçant sans issue mais en

 

 

…se la coulant (en)

 

 

 

...douce.

 

 

Sur-prendre

01/11/2009 - 00:34
 
s'enfonçant dans la béance nuisance sonore son sang -puissance de fond- s'enfonçant dans la nuit immense aurore chanson -puissance de feu-
dans le truc profondément dans la pénombre pénétration dans -passionnément- le trop l'ombre portée profondément dans le trou -putainement-
soudain -écho grondant- les cris l'égorgement l'agonie -hurlements- l'écrit l'écartèlement l'orgasme -silence bruyant- strident d'un sou-
ffle
 
fuite en avant dans l'espacement -éclairs lueurs- en avant dans les corps dans les gens -râles en sueurs- fuite en coup de dent écoute -le vent qui pleure-
précipités noirs pleins d'obscurité -vide abymé- vite dans les soirs d'étés de chiens -abysses osés- précipités près des pressoirs du chaud -chuté-
transant dans l'air des traces -fracas- dansant dans l'ère des crasses -effroi- transant dans les carcasses d'hier -des tas- dansant dans la poussière de
pas

 

 
 
plongé encore frétillant -la pisse éclabousse- jeté frais mort changeant -éclabousse l'impasse- plongé si fort coulant -pissant l'impasse- hors d'élan
rauque et planante la voix échappe lancinante et glauque -valses au loin- rauque achoppe à l'époque sans choix lente choquante -valses au coin-
s'étendant comme une ondée commune nos sourires -instants volés- s'étendant comme une montée de lunes tous nos rires -instants violés- en ri-
cochets
 
tourne-toi voilà comme ça oui plus bas -silhouettes confuses- penche-toi lèche-là mais oui c'est ça -allumettes qui fusent- oui oui déjà -ou pas-
débordant de vigueur liqueurs -sa présence- de vies s'accordant à la langueur -si intense- débordant de torpeur moqueurs -saisit sa chance-
elle me parla et ce fut un génocide -déclic- elle explosa toutes les pensées à l'acide -éclipse- elle me toucha humide des massacrées -apocalypse- elle
m'aima

 

 
 
zoommant sur sa salive abondante et bandante -vive- gros plan qui lave l'image attachante et tâchante -morte- dézoommant rampante et pente -vive-
aventures inventées de toutes liesses -déchirements- la nature éventrée de toutes pièces -déchiquettements- ouvertures ravinée de -dépècements-
ils se perdent toujours au retour -lave en fusion- ils se perdent à rebours des jours -lave télévision- ils se perdent sans recours là sourds -et c'est
l'évasion
 
s'enfonçant dans les fesses du destin sans limite -évacuations de la zone- s'enfonçant dans la face son festin dynamite -éjaculations de la zone-
dans l'antre virale des pirates du poème qui entrent qui ratent dans -chier la littérature- l'entente cadavérique des pires potes qui papotent -la lâcher-
rigoles visqueuses -charmes et larmes- si folles ruineuses -alarmes enchantées- rigoles visqueuses -vacarmes attentés- si folles heureuses -armes pour sur-

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 

sauter

 

 

Poitiers-Manif111009 b.jpg

AIMEUTE

25/09/2009 - 21:42

bande de cons (!) - bande de cochons (choquons les chauds cons) - pensables - bandant en cocons - pansables - bonds dans sables - pans de bons - bans de sons - dansables (dansons sautons les bancs balançons les blancs enlaçons les cons) - battables - sans ponts - sans fables - batons de sens - en sensations - saisissables (!) - si pissable - K.O. - si passable - sang puissant - puis passions - cas irritables - sautes de fions - enseignables (saignons signons les plans sessions des glands suçons les cons) - temporables - de peaux - tempes en mots - eaux tampons - os des gnons - cognables (!) - minables - terminables - interminables - CHAOS - déterminables - des terres sans fonds - plafond d’éther - bouffons (baffons biffons les beaufs baisons bisons les beaux gaffons griffons les cons) - tançables - ons communs - greffables - inflammables mais ineffables - façons de faux saints - CAHOT - effaçables esclaffables - esclaves lavés au vin (!) - en vain (vivons  lovons les livres épaves levons ivres les caves de vos cons) - damnables - noyons nos chants chiants et sans noms - en choyant les vieux jouets - GUERRE CIVILE - joyeux fouets fous en forêts (!) - soyez mouillables (mouillons maillons nos plis vrillons nos cris en quilles en drôles de drilles si cons) - cassables - cessant de lancer aux cibles des fessées - fissionnables - GUERRE SI VILE - feux follets filés désaffiliés des défilés (!) - enfilables (enfilons enfuyons nos émotions fêtons foutons nos fellations frottons les cons) - testables - contestations - des stations libres -  déséquilibres des actions fibres de fictions (!) - GUERRE SCIE VILLE - corps courant en fusions en fixant - les culs ronds - curables (curons créons les coups devant sacrons sucrons les grands crevant les creux des cons) - putables (!) - LA GUERRE CIVILE VOUS MET K.O. - computeurs en réseaux résonnant en tueurs - tutoyables - tâches touchant nos taches - de sperme (!) - fort perméable inspirant pores et dermes - LA GUERRE SI VILE JETTE LE CHAOS - formidables feutres faute de - foutre fiable - trous causant bouts posant bouillant de trop - trocables (!) - cabales désastrales de survie anale - LE CAHOT DE LA GUERRE SCIE VILLE ET NOUS FOUT TOUS - À POIL À POIL À POIL (!!!)

 

a peut - être un rapport::

antoine boute

14/11/2008 - 00:00


j’en ris pénis fourgué n’importe comment la sélection en finesses parmi les ordures nous vivons en accéléré-ralenti parmi les ordures nous ne vivons pas mieux pas moins bien que d’autres c’est quoi cette exigence de rameuter des ordures au camp au campement au camping caravane sexuelle

 


 

 

ficelle morcelée transmissible à l’autre à l’autre lac j’aimerais tant écrire un roman sur les ordures de nous-mêmes ici là à vivre ici là corps à corps avec le texte mais extrapolant ça côté ordures et côté les autres personnes du camping car nous faisons avec Ariane et Lucille du camping version camping triste quelque part un pays peu importe rivière glauque version glauque verte-jaune j’aime il y a comme flottaisons flotti-flotta de cadavres d’insectes mouches petit pigeon tout mort tout emmitouflé dans la poisse duvet de ses plumes décomposition avancée

 

 

 

on nage boire la tasse sauter sautiller frais et pieds joins pas de folie à l’horizon se tordre au règlement du camping j’explique la faune la faune et la flore des corps jeunes presque prépubères disputés l’un l’autre seins nus musique jouettes ils sont jouettes retrouvèrent Ariane le matin tôt aurores allongée endormie en boulette alcool à côté toute collée frottée à leur tente main au slip miam brunch nocturne à l’écoute de leurs corps elle a dormi là c’est malin c’est bien c’est malin c’est bien

 

 

 

je ris je rigole du camping avec Ariane et Lucille elles pissent on pisse dans les seaux casseroles après oubliant de les rincer odeurs fortes très dans la tente être heureux slip et heureux mandales mandales j’extrais ce qu’il me faut de tout cela muscles relâchés l’invention de fictions se lavèrent le pénis ils se lavèrent et comme la tendresse existe parfois dans les couples me trouble n’ayant je n’ai jamais hahaha je ne vous ai jamais connus citation clandestine pirate lu dans le livre stop j’arrête je ne relis pas ce qui s’extrait

 

 

 

les plombages se bloquent vite fait bien cartonnés attention lever hop sortir tente sauter rivière glaciale vive l’hydrocution violente effacer le sperme la crasse Lucille où est passé Ariane elle dort affalée allongée ici là le long de la tente d’autres résidents sexuels quelle beauté le soleil est levé chaud les mouches la main le slip d’Ariane nous sommes en bande les punks se dissolvent avec leurs enfants leurs compagnes

 

 

 

le rouge de leurs lèvres les cris verbeux voiture paf claque sur les fesses

 

 

 

je maudis la tendresse matinale propre me jette à l’eau nuit Afrique de rivières étoiles cloutées on s’agite le prépuce un deux un deux la machine violente infernale restons mécaniquement au même rythme jusqu’à ce que ce l’autre en nous supplie ou nous nous jusqu’à ce que nous nous suppliions nous-mêmes d’accélérer nous supplions le bon dieu en nous le Seigneur s’il te plaît Seigneur accélère le rythme il ne répond pas la machine continue à cadence identique identique identique la supplication s’intensifie mais

 

 

 

la machine continue identique le sperme la vague de sève monte monte toute lente toute lente une à une les chairs s’écartent les chairs s’écartent les chairs la jeunesse de la chair s’écarte et s’écarte et s’écarte

 

 

 

et s’écarte tant que la vulve du sperme la vulve du sperme s’affalant plisse tristesse plisse plisse hop ouvrir tente plonger lac rivière lac

AdolescenZ [ep. 13 - CLITtérature BIotopuTE]

16/04/2014 - 18:54

 

 

 

 

 

sortant &

bandant FORT

 

p l p bl b pl p pal p bl palpa.bl

 

co-orps-donnés all over the place ass

 

souverainetoucher t shoot .boot shit fuite t t

 

tr tr fr fr fruire bruit br br bris

 

ri

re

 

re

repas repos repus répit répète

repas repos repus répit ré-

 

x/x/x/x/x/x/x/x/x/x/x/x/x

 

exaltant exultant excitant exilant ex-

 

 

[sper.mets] [fillettres] spir s.ou.pir oupire mou. asp.

 

y jOUIt spermousses de mer.ci lucides acids

piss miss s s s suiciDIRE ire lui.re

 

ruins

 

fLUIds

 

usie in public live video ado divx

 

collégiennes agui.lé.chantes des galaxies paill.h.ardes

 

 

tragic.le des simulac.res cr ogr ocr cr

 

org gr orgsm elsew.here ai.ci.lleurs

 

ts

ts

ts

 

 

[sper.mots] [fillettres] sur.sis mys.ter. hyper pyr.

 

pop porn

machine @

maturiT fant@s.th.

matique

 

 

soudain inondant

sa main vagues du

vagin geint son bout

étant plein d'envie de

tachatte juteuse joueuse

 

 

gl gl glousse le gl gland glissant gluant suant le cuni cunu le f humusc sf frottant sentant le foutre se faisant défoncer défioncer dépioncer sous la touffe fondant se fouillant mouillant violarmes aux lèvres luisant de fièvre ouverte trou béant boire à sa fente suintante à son anus noir noyêtre de l'étang antre des cris liquides des queues rapides pinant si puissamment qu'ivre de salive elle pissa sur ses seins torrides ruisseaux caressant son clito riant rougi lavolcanique prise par tous les baisée branlée mise en geysers g g g gisant dans sa mare cyprineuse heureuse

 

 

[sper.morts] [fillettres] os.or opencorps poemcore

 

tum

tum

tum

 

#mutantails

 

biosfaire fou.tue

 

bi.os.ée po.è.te

 

oh

oh

oh

 

BIOTOPUTE

 

 

 

AdolescenZ [ep. 5 - gOnzen alieN]

01/09/2013 - 00:20

 

putain de.

 

HAZAR.

 

random/shuffle/chaos

 

ne pas narrer. la terre désorbitée. guidée. speedée. à travers la voie lactée.

mais se marrer. remaides de barmaids. mayday. magma ado. émotions du. visqueue

 

troue.

l'amatière.

 

fictionésies.

 

daoship, gravitons engine.

 

vigilance des machines.

 

ni mm dcrire. l'avenir dérivant du vivant délirant. l'@ des #mutants.

mais rire. l'http des iplanets. l'y du lit des plis ruisselle. comets

 

[zarbi la zouz zone erogn en mode gonzo zen la partouz oxygn et binouz]

 

 

baise buzz puzzle pizza free jazz free jizz zipute

 

hommes struisent aliens trouent stryges

manipulent dinosaures tassent

 

partouz interspecies pluriverselle transgalactique

 

le mec se faisant sucer par l'alienette branle le rottweiler sur le cul du stryge hermaphrodite

défonçant les dauphins plein de giclures de cyprines venant des fillettes aux trous dilatés

par les velociraptors trans ruisselant sous la pisse des robos

 

streamin on facebukkake

da tachypsychy censored

hybrid hydr

hard an dark

 

DANS TON CUL !

 

[zarbi la zouz zone erogn en mode gonzo zen la partouz oxygn et binouz]

 

 

au laps d'hui. se laissant saturer par les présences et en

exploser 

 

interpénétrations ? acids hypersynaptogens acids hyproteins acc. ac vivids accid oxyd ?

 

p t p p putouaregs dans les dunes du virtuel ergs du web oasis ruinesques du mirage réel merde en ram

mer de spam sperme charmant l'alarme des dermes pire teen ripine l'air strange chair zen guerre des

gonz haine des normes obscène ogrant ta verge vaginalement m m v m

 

miserre extraterrestre des asteroids bacteriens rien

luv u gurl fuk u gurl tuch u gurl

pov facial spatial anal

 

à POIL les aliens !

 

ouais.

crash trash.

 

ouais.

 

 

@illeurs

 

 

AdolescenZ [EP. 3 - dilatémoignage]

07/03/2013 - 15:00

finalement. en ce ciel facebookinétique. fiel cook ta foule cyberne et

t’y crois encore TOI ?

connard. non mais ho. franchement. w. la. shhhh

wesh la meufia vas y ma fille tof de ta touffe en teuf fonce d foutue feu !

meufia désarmante désarmouillante mi couille mi clit’ touille toi !

.

/virgule encule point fille first fist gaping by gars pine/

toute de sexe transpirante suant par tous ses porcs puant pute à mort suintant fort elle fout

une touche finale

à sa peau

p p p

...

...

.

m m isq vice queue fl fl liq acqueux moelle euh ou

mou ss tsss ouste lui stop pousse deal hate moite chut

chair d tendue faste vaste out of what the fuck holy piss

............................................................................................

 

.

/virgule encule point fille first fist gaping by gars pine/

d g grève rez verrai rage et gr rave ver nerfs j’ai joie noire GRAVE OUAIS

dégénérés vénérés

srrr et fée effort fou fort sc sc sc effervescence fièvre fr fr fr

exciterriens torrentz zou terreux tire toi lettre detritus triture foutus tris mixivers sexyverse virus

anus nuisant luisant nuit sang scintille vacille ille

pantelante han lente han nan ............................. ............................................................................................

etc.

baragouine à pine pimp goule dégouline pulpe de poulpe sans os raye ensemble vide

vos voix avides dos doux palpe help

 

flasque marais des marre ! des @mas rares mares marées arret des flammes là nulle part car

ailleurs qu’hier j’erre

j’aventure des trucs susurre ces putains de. murmures.

ambiance sonore du bibelot aboli biblio d’alibis idiots d biles bulles

d’iodes

nuke ta fukushimère ! merde.

.

/virgule encule point fille first fist gaping by gars pine/

like t t t tschhh clic et feed fffff ici précisément. y. oui.

protéine pop prostitue prosit ta propre seq. prot. t. in. corps spores sforment fur sf sf est-ce f ? futuraconte-nous fou

faudrait futé OUAIS faudrait foutrager l’orage orgiaque des grosses opalescentes flaques tièdes fougères atemporelles gerbes bougent. bougre. grmbl. blurp. bl.

plug gueule de.

peuple.

.

’nebulars’ art nu rats anars drus t@s st@r darde du. flux flou. souffluos. f. f. flll.

atomisons les zombizarres !

taches trashes. etc. terra l’anastre lustre bistre cynistre triste bref. nihil de kyste.

église et glisse. si..........................................................................................................

....................................................................................

- core. çà srépète et là helas lasse de. hardcore. quoi.

.

/virgule encule point fille first fist gaping by gars pine/

<-..........................................................................................................->

dilate, etc.

frr. enter. tuyau doul’. doigts. toi. tu. troublier. &. lib. ri. riot !

springbreak forever mec !

caménéon bio-con neo-bi OUAIS.

etc.

tournante kaléidoscopique punk hante pute ta ta ta out splash sh sh

slash virgule encule point fille first fist gaping by gars pin slash

titube confus succube succombe aux abus @bitals pixels de ptyx nuls.

boutons til t al cool tel :

- amours.exe

 

 

AdolescenZ [EP. 2 - GROPOETRY - warmholes]

23/12/2012 - 18:57

 

orées du trou noir xy13.

luisant là lui sentant sa
ça y étant capiteuses et humides ici pisseuses
insu suce l'amas tris cellulaires d'air lie vive us
flash flesh

[anus galactique les particules t'enculent bouche pluriverselle]
si mi x x x s'immisce mix gisant hors horde porcs techno d'après apres mecs de l'eau de
nos p p p ... wtf holy shit you idiot ! now oui art errant lascifs cocasses récifs des marches de champs moléculaires
molles éculées vers l'ailleurs y vidant évidences et danses de cons abscons et bondissants dit d d d ...
flash flesh

[anus galactique les particules t'enculent bouche pluriverselle]
faster than light fuck past and bite b b b gloryhole to the gloryhole to the ivres ou troués sales se s s ... ... ...
org grr r r ri vit ni toi and me pièges à photons pieds ontophages giclant ta joie de baiser les désastres
z z tr tr and the end e-end of hands han han han en te joignant via loveuse transp tiède y allant te touchant
flash flesh

 

trou de vers 169.

bazar hasard bizarre tohu-boues-bohu debout à  bout titubant dedans butant sur ta bite tes boobs t
b b ... out bi te tatonnant ah là  ! cyber liber douche douce ? ah ... q ... ... ...
chutes ...
sh ... ... ...
suintant liquides crades r r ... cr ... nous ... avançant sens s s ...

coulant cool houle ou ... ...
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... o ... ... ... u ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

flash sh
flesh sh

[anus galactique les particules t'enculent bouche pluriverselle]
parasites kystes grains y st virus humus hydre grouille origine j j j ... ... ... ne

... ... ... ... ... ... ... ... ah si
tu ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... gliss
ss euh nous agissons s ag ss iii infinies sp pistes spit où ? ? ? ... ... ... ... ... ... ... ... ...

fontaine blanche

spermouillante.
 

AdolescenZ [EP.1 - mutexturge putopique]

06/11/2012 - 00:35

https://vimeo.com/52287200

 
s'agirait -nonobstant les obstacles exorbitants- de.
gisant rats.
pi de.
grain de graal gond de train tri vallons graalvitons aargl gras largue l'org vite vit grave long art dard râle ile divaguons.
 
s'agirait -nonobstant les obstacles exorbitants- de.
acc. espaces sombres partis depuis longtemps. dans le firmament interstellaire. pipes hack d'oxy nano plug connect in enter waaaaaaw
w
w
w
 
triturant son gros godilaton, expliquant au natif de l'exoplanet 169 l'usage des peaux bitoniques en vie en vue des orgasms supraluminaux.
lui, bandant de tous ses dermes pores suant, t'écoutes excité si présent cypr in t'y prend mais le voyage doit. quoique. 
et puis orifices avides ses bites ses. n r git noire aspire ses. et puis. glisse, gisse. jaillissant. si visqueue que
 
son frère pissant pour fluidifier le foutre de l'extraterrestre
puissants jets j j j
 
pixels in your face
 
 
planète Terre, Voie lactée, matrice X, futur proche.
 
tu t'extirpes -étripé, détrempé- des detritus triturés de sa texture
spectres de peaux de pigeons bidons cryogénisent capteurs photonhaptique pour l'app.
lux
imprégnée de sperme mouillée dégoulinante jouiscence.
ure.
 
[changer c'est prostituer l'humanité][changer c'est prostituer l'humanité][changer c'est prostituer l'humanité]
 
tas cite tournis sa tu roulis tard fut TACITURNE fuck orbe de motière verbes turgescents ruine nuit
tu
fait face aux zombinaires aux vampirobos aux.
tu 
et tes.
 
narrats mutants scriptoxiques txt
marrants nus tant sciptoxiques ext.
 
 
planète Ether, Voie mutée, matrice Y, futur proche.
 
lueurs diaphanes opalescentes limbiques
images dévastées au phosphore radioactif
et ces morves fukushimiques secouant les survivants
les autres, ceux.
c
eux. 
 
bizarre ambiance ici. semblerait que les. bleutés sales verse. abri neoniques dildactifs. superbrachyons au loin.
et elle holo les externets flous low tohu-bohu -l'eau sortant suintant lue- tubes qubits. 
 
[changer c'est prostituer l'humanité][changer c'est prostituer l'humanité][changer c'est prostituer l'humanité]
 
lambris de brouillards embryons débris transis ambre bizarre infinie antre entrouillard
t'es foutu
t'es fou
t
 
 
toux solaire volutes et puis nous qui voulons lovons le désastre le ch le q le putain de. la.
CHAosTARSIS
 

 

Concupiscence bitique - SPERMENTS TACTILES

23/03/2012 - 23:00

 

 

 

sp m r r m derme de t terre r s'p s'perd m m m'en erre m'en mer d'esp' rance rets danse d'est-ce sperments t ct act acre air t'y a l'art clit' ire île racle film mi sale crasse cri tir y j'y éclat gicle clip pis happe appeal spit tc ct scat tactiles

 

atoll aboli au vitriol au lit d'alcool libido folle farandole d'homme aquarium qui m'immole habitat blottis-toi ad libitum comme l'idole des bites qui rigolent

 

pisse plisse la place des précipices de la paresse et s'arrêtent rites tissent pas assez basses ses balles slicées délacées délices salées hélas elle se lasse seule pas de l'acidité idées glissées dégueulasses et décidées

 

hâte au pied hop levé olé love-toi topless vissée à l'aise pile enlevée désopilante pipe aussi oscillante pine hausse l'eau si ample d'élans de piques copines

 

passe l'espèce de spasme amas massant l'espace d'amants spammant tas d'âmes à l'asthme de glands gluants écume angles moussant humant l'aqueux hasard de queues quasars bizarre zeugma marrant l'heur des macs leurrant

 

l r r h lu allure hurle à la du r rue ha l'a tu t t tue le râle dur dru dr rat lard là là l là là hulule ah rah l'eut nu nuke ça ça ta natur'  l'une hâle h l rune tube mute titube burne ruine in hic et nunc cunt qui n n nid nique bine bitique   

 

 

FELL-ACTIONS (pornolettristes)

10/08/2010 - 13:47

 

 

lyrico-mystique

 

suave douceur sursaut de langueur saveur par la

langue heurt du moite humide étroite lèvres qui

le lève en fièvre en sang encens du fier fort de

l’alchimie des chairs ignées vraiment saisies en

sacrement qui durcit ardent qui rougit qui se

gonfle qui enfle qui s’enfile entre ses seins ses

doigts sa bouche boit la salive ça lave ça va

ça vient ça monte ça conte le désir de venir jouir

de bondir hors de soi de soif et de s’alanguir

de se répandre se jeter se faire prendre en un

gosier aimé dans des muqueuses heureuses

de sucer et d’aspirer le sperme et de se faire 

emplir de liqueur délit de membre qui jaillit oui

ça jute du jus fort ça orgasme ça dans l’oubli

de tout déborde de partout liquide rare et fou

qui dégouline du dard puis de cet orifice mou et

glorieux sous sa vie infinie et sous ses yeux.

 

 

 

kénotico-hard

 

SUCK ME ! - mmmmm, bruits humides

de succions tièdes (dur, le gland tres-

saute sous les caresses) de coups de

langues - OH FUCK ! - le sang afflue

dans sa queue bandée/décalottée/armée  

et fait gonfler le plaisir (les couilles ir-

radiant la verge à vif) de salives sales

lèvres pleines de sécrétions secrètes

- DEEPER, FASTER ! - imposante, la bi-

te boute le palais, la glotte au fond de

la grotte suintante qu’elle ouvre à s’é-

touffer tout feu (il sent que son chibre

va vibrer et exploser) - OH - I’M CO-

MING - LOOK AT ME - et il se déverse

salé acide amer blanchâtre à longs

jets (la bouche ouverte déborde, elle suf- 

fuck) de sperme visqueux - DO YOU LIKE

IT ? - elle : mmm, oh ho, h h h h… tasty !

(elle ahane, il la regarde, elle laisse cou-

ler le foutre sur lui, reprend son souffle,

lui sourire niais, elle, satisfait) - I LOV’ Y’ !

 

 

 

aléthico-désastral

 

a-bandons là

douce approche de

la bouche

sexe bouillant tendu

qui touche

étincelles

onctuosité de ses 

lèvres qui délivrent vives

sa volupté m’ensalivant

vent ivre vers sa langue

frétillant à la longue

heure de mon sexe

excité

s’enfonçant 

ressortant en don

tressautant en bonds

turgescent du fond

au gland à l’angle

commissure mouillée

d’elle de son visage

bientôt souillé

nos peaux coulissant vives

s’enfonçant

moussant si proche de

son souffle

je guide sa tête tâte

d’elle plus encore

mes mains caressantes

ses mains saisissantes

au milieu : ses yeux ma queue

membre irradié des reins enflammés

des couilles envenimées

je sens que ça vient et

sa bouche enfin vive

s’enfonçant

m’accueille jaillis-

sant en violent

jets d’orgasmes

spasmes 

vis-

queux sperme

vital coulant lent

sur nous les

amants.


 

Load & Shot : Overwriting pornolettriste

07/03/2010 - 00:14

 

0 ◊ ∞ - http:// débordels des pixels pisse-t-elle des bords irl des ports dé terminal abolir dél 

ire des amis promenant leur frétillement en pire enzymant virtualisant enlisant et lire omis 

www. home tweet home heat and come (houba houba hop gouzi gouzi) grrr brrr homme 

shit homme marsupilami baisant en pleine émeute les meutes de plaies et dʼherméneutes 

charger gravité geste répété pensée lestée pesée potentialité - 111 - file not found - kiss 

- cum right in her mouth ((tigresses blanches)) : étincelles de réel archipel points aux loins 

noeuds contaminants transfinissants (à tore et à trucs bidouillés) fuitant triste à lʼimproviste 

tirer plan jet tourner tuer gicler chant chaud sang ! noise not sound louder and stronger 

and guerriers ruinesques crades sales cauchemardesques armés de corps de peaux de 

ecce dino craporno noli me dicere fucking bastard so lucky (or not) ecce pas gai ni va-rat 

charger gravité geste répété pensée lestée pesée potentialité - 222 - file too large - fuck 

- cum right in her mouth ((opalescents)) : cryptique jus lit kabbalistique infravue magique 

journée portes ouvertes au black berk berk cloportes de vérités de pertes incarnées niées 

suck or blow ? 

tirer plan jet tourner tuer gicler chant chaud sang ! link hic et nunc à mort connard de porc 

to shag her shake butt hug blur your tag your word your war is not over to kill everybody 

charger gravité geste répété pensée lestée pesée potentialité - 333 - file donʼt match - you 

halo dʼapocalypse aura du désastre et autres révélations crépusculaires créées dʼactions 

- cum right in her mouth ((orgasm manifesto)) : inconscient qui suinte secousses slurp 

the hole black worm white intergalactic travel in every other dimensions ans scansions 

aube orbite bite ombre satellite météorite light or flash void joy fight ploy all night blank 

chan cynique saint feu follet psyborg sage fou fête sein clinique fan fading away (aïe aïe) 

usb connectée au multivers overwrité halluciné subluminé subliminé explosé expulsé ex- 

visqueux que vice thixotrope fluide (flop) liquide sperme salive sueur saturations silences 

charger gravité geste répété pensée lestée pesée potentialité - 1111 - there is no file - and 

- cum right in her mouth ((pornanarchy)) : mmmmmmm miam lol mdr lol mmmmmmmm 

perdus humides et glauques dans les débris des sourires des cris rauques écrits de trop 

déchangés ou déchirés ? 

nihil rem viola noctem vola totem tʼaime le derme les pores vidés éclats dʼil fracas toucher 

charger gravité geste répété pensée lestée pesée potentialité - 2222 - old file - me 

images invisibles visages indivisibles page spectrale à travers le tamis la cible le crible des 

ravages la plage pénible des signifiants sable rage bible outrage à agent sémantique des 

mystiques moustiques pornolettristes suçant hurlant le sens gouttant dégoûtant lʼégout et 

debout dégoulinant de boues butant à bout de bites débutant lʼabus de boites de bévues 

- cum right in her mouth ((embuées)) : condensations cons dansent clitorisent attisent 

bullées boulets coulés liés cruels crus (dʼhiver) sʼy fier filles femmes phalle asphalte halte 

tirer plan jet tourner tuer gicler chant chaud sang ! sans putains dʼunités dʼinitiés à cran 

charger gravité geste répété pensée lestée pesée potentialité - 3333 - new file - us 

qutrits tachyons dilatons spit bond en spin en violence vive tact impact (big -gang- bang) 

- cum right in her mouth ((happiness)) : vies indéfinies à lʼheur tychique pleurs cosmiques 

tirer plan jet tourner tuer gicler chant chaud sang ! clic viral vital trip picnic strip mal mail 

sick or bad ? 

et puis se retournant par bribes sur lʼamibe détournant son récit le narrant marrant 

désinhibe pour les participes présents des vils guides des until we bleed lovely bitch .com 

charger gravité geste répété pensée lestée pesée potentialité - error - error - error - error 

- cum right in her mouth ((deep dream)) : streaming screaming swallowing gokkun tiqqun 

pirates disparates autonomes autistes strates style gnômes paumés pile à lʼacte qui rate et 

disappear suddenly in a no manʼs land nowhere in a utopian spaceless room bloom in & 

ailleurs personne fugace éclipse incessant toujours déjà jamais stop là efface traces @ o -

 

l'instinct de suite

19/11/2008 - 15:23

au bout en toine

Ce texte est une suite à un polar de SKK qui parut dans le blog des nuls. il peut être lu ici: SKK/mesrine edition/POLAR

 


( _________ )Right, so now things are getting even worse, bon maintenant ça se corse encore plus, parce que le truc qui se passe ici là tout de suite, c'est que pendant que je suis dans la salle à regarder ledit film où j'écris l'adaptation anglaise, et où le big big boss défoncé de Mesrine doit rentrer et où les guillemets doivent disparaitre (et là j'ai lu le script du film qui sera projeté dans la salle où je le regarde en écrivant l'adaptation anglaise jusqu'au bout) et bien là, tout d'un coup, il y a des gens du public qui se lèvent et qui disent: "nous sommes de dangereuses machines porno-lettristes, nous appartenons au groupuscule J.QLeeZ (prononcé jenculise) editions, bougez dans la salle et faites comme on vous dit." et là en fait les deux acteurs à poils ils rejoignent les machines porno-lettristes et ils s'adressent au public à travers une caméra DV et ils disent:"hahahahaha, on vous a bien eu hein! vous zavez cru que le groupuscule c'était Mesrine et bien non! c t J.QleeZ!" et là, j'écris tout ce qui se passe en français, parce que le mec à poil me dit de le faire, que l'anglais personne y comprend rien alors il faut continuer en français, et je le fais en bougeant et il me dit qu'il a pénétré les éditions Mesrine sous couverture latex en utilisant son Richard et là il fait HAHAHAHA, il dit je les ai bien eu avec mon histoire de Richard HAHAHAHA, parce qu'en fait on croyait que le jeune homme qui fuckait avec la fille, qu'il s'appelait Richard HAHAHAHA mais non c'était juste son moyen de pénétration pour détourner les éditions Mesrine et créer les éditions J.QLeeZ, et là Richard HAHAHAHA c'est lui qui me dit d'écrire tout ça, et c'est pas très bien, parce que moi je m'amusais plus avec le film Mesrine, mais j'ai pas le choix, alors là en tournant en rond dans la salle tout en tapant l'adaptation anglaise du film en français, toute les 5mins32 je vois un mec ligoté au centre de la salle qui tape sur son clavier mais sur place et je le regarde des yeux, et on dirait qu'il a peur à chaque fois que je le regarde, mais je lui fais pas les yeux doux alors je ne sais pas pourquoi il a peur à chaque fois, je dois oublier quelque chose, c'est peut-être pas le même mec, j'ai toujours des problèmes avec les visages, surtout les visages bâillonnés. et là Richard HAHAHAHA il me dit qu'en fait le big boss défoncé il va pas venir parce qu'il lui a racheté les droits de l'idée des personnes-machines-lettristes mais qu'en fait ce qu'il est en train de faire c'est encore mieux encore plus intello, tellement intello que même les intellos vont rien y comprendre, parce que là il fait des films dans le film de l'autre, et que du coup il y a des groupuscules multiples et des film crew différentes et des publics et que tout ça ça s'interpénètre dans son script de génie et que voilà, il en est presque sûr, il va faire les marches en mai et tout et tout, et que si je tape pas plus vite ça va chauffer, et là en fait je me grouille un peu le cul parce qu'il m'a mis son gun dans le creux du dos juste au-dessus du cul pour que j'avance mais je comprends pas parce que je vois son uzi dans sa main droite, mais bon je préfère pas y penser, alors là ça continue et le film il commence à m'ennuyer un peu surtout qu'il n'y a pas trop d'action là, il fait un peu trop de longs plan-séquences en travelling, surtout qu'on tourne en rond alors c'est toujours la même chose qu'on voit, mais il dit que la durée c'est du nouveau alors faut que les travellings durent, mais ça devient un peu chiant parce que j'ai la DV dans la gueule et j'écris en même temps et je marche et j'ai Richard HAHAHAHA qui me parle sans arrêt et il parle tellement qu'en fait j'écris ce que je veux depuis quelque temps, et je me dis qu'il maîtrise pas du tout son film là, qu'il parle trop et dirige pas assez, alors là je commence à en avoir plein le cul ça fait presque 3 heures qu'on tourne là et je lui dis, c'est quand qu'on va arrêter là! et il me dit ferme ta gueule et filme et puis de toute façon c qu1 rêve, et là moi j'y comprends plus rien, là je sais plus qui est rentré dans le rêve de qui, qui filme qui, qui écrit qui, qui fuck qui, qui philosophe qui, ça part tout en qui qui. et là j’en suis à 5mins23 de tourner-en-rond et du coin de l’oeil j’aperçois le mec bailloné qui crache du bâillon tout maculé de salive rouge et à 5mins32 je m’arrête et Richard HAHAHAHA continue, il parle tant qu’il s’est pas rendu compte que moi je me suis arrêté là devant le mec ligoté au bâillon troué à sa bouche, et là, je me dis que ça manque de références dans ce film, que du coup c’est pas assez intello, alors je sors la DV de ma gueule, et je commence à filmer en vrai pro DVman, et je fais un gros plan sur le trou du bâillon du mec ligoté tout rouge de sang et ses dents sont rouges aussi et on sait plus trop où commencent et finissent les dents les lèvres le bâillon, et puis je me mets à susurrer, Not I, pas moi, Not I, pas moi, Not I, pas moi, tout ça en temps rhytmés réguliers, pour qu’il y ait un peu de cadence dans le truc, pour bien signifier que la durée c’est du nouveau, et tout et tout, puis là, pendant que je filme en gros plan sa bouche et que je susurre  Not I, pas moi, etc, le mec ligoté au bâillon rouge-sang troué, et bien il commence à parler, et il parle en même temps que je susurre, et ça fait deux voix superposées, pour que les intellos ils aiment, et il dit ça en gros le mec, il dit, et là on voit une matière spongieuse qui commence à remuer dans le trou du bâillon filmer en gros plan, et qui dit gros plan dit une image-mouvement, une émotion, une pulsion etc, et le mec il dit que “bon ça manque de critique ici, là ça fait quelque temps que ça manque de commentaires, de comments, alors là moi, je suis un critique parisien de cinéma, je suis un critique au cahier du tribunal du cinéma et donc là, ici, je propose de montrer comment on critique, parce que c'est tout un art la critique, c'est tout un art qui tourne autour de 2 questions, celle du commentaire et celle du commenter.   donc là je vais pas parler du film qui se déroule en ce moment” et là le mec il continue de parler et moi je tape que c’est quand même super intello le film que je suis en train de faire là, car c’est un film dans le film du film, en plus avec des références et de l’image-mouvement et du méta-cinéma, c’est-à-dire une critique du film en même temps que le film, et en plus avec des voix superposées, et la cadence Not I, pas moi, etc, et le critique il parle toujours, et puis maintenant c’est plus un critique, ou il en est un tout en étant acteur de mon film, et puis tout d’un coup il devient réalisateur en plus, il est un réalisateur virtuel, l’actuel c’est qu’il est là à parler avec sa bouche bâillonnée d’un bâillon troué rouge-sang et le virtuel c’est ce qui va se passer si ça s’actualise, et ça s’actualise, (en gros, parce que c’est plus compliqué que ça, mais pour les intellos qui viennent voir le film, qui le regarde depuis le hangar (vous vous rappellez du hangar quand même?) ou en streaming sur internet, et oui, parce que pendant que je filme de la main gauche en vrai DVman, j’ai branché la DV dans mon macbook et fait en sorte que le film il est maintenant en streaming live sur justintv.com, donc en gros, parce que c’est plus compliqué que ça, pour que les intellos qui regardent le film ils comprennent, et les intellos lambda ça comprend qu’en binaire, ça supporte pas le multiple ou la multiplicité substantive, et bien le mec ligoté au bâillon troué rouge-sang, il est actuellement critique-acteur et réalisateur virtuel) et puis là le virtuel s’actualise parce que le mec, il a une idée de film, c’est une idée super révolutionnaire d’overfilming porno-lettriste-machine, et son idée c’est ça et ils se met à parler à gesticuler du coup et tout, et là je me dis que voilà, dans ce film overfilming révolutionnaire que je suis en train de diffuser et filmer en même temps, j’ai de l’image-mouvement, de l’overfilming, et que quand même, pour que les intellos ils comprennent, il me faut de l’image-temps pour faire la jonction image-mouvement (flèche) overfilming révolutionnaire, alors là, preuve que je suis quand même un pro de l’overfilming porno-lettriste révolutionnaire, de ma main droite, j’ouvre final cut sur mon macbook et je fais le montage du film en direct, et maintenant je filme la bouche du mec ligoté avec la caméra de mon macbook, et avec la DV je filme les scènes que je monte en direct dans le film, et là donc, je fais un zoom arrière et on voit maintenant la bouche bâillonée et les deux yeux du mec ligoté, et là je travaille mon plan et je fais un fondu enchaîné et les yeux du mec, et bien c’est devenu deux trous blancs, donc il y a un champs en profondeur noir avec deux plans trous blancs et un plan la bouche encastrés dans mon champs en profondeur noir, et en fait j’ai fait du surmontage, gardé le gros plan de la bouche qui était mon champs précédent et ajouté les yeux et dans les yeux blancs, dans celui de gauche j’ai un plan de zoom arrière avant de ma bouche qui dit Not I, pas moi, etc, que j’ai filmé à l’instant avec la DV, et je laisse ça en boucle, et dans l’oeil droit devenu trou blanc, et bien je monte les images en direct du plan que je suis en train de filmer avec la DV, et là on voit une vieille clocharde toute nue, et c’est marrant, mais ses seins sont tellement gros et mou qu’ils lui arrivent au genoux, et que quand elle marche, on dirait ronaldhino qui jongle balle au pied!, et elle est hyper laide, et son cul est plein de merde et de PQ rose entremellés collés à ses grosses fesses en cellulite, et sa touffe c’est la fôret amazonienne d’il y a deux siècles tellement elle est poilue, et sa chatte (là il y a un gros plan sur sa chatte dans le trou blanc droit qui n’est plus un trou blanc car il y a de l’image-temps montée en direct en plan par mes soins) elle est tellement croutée qu’on dirait des lèvres gercées à grand coup de froid de sibérie, et là, cette vieille salope de clocharde, elle se met à sucer les gens du hangar, elle se dit qu’en suçant toutes ces queues, qu’elle s’approprie les hommes qui les détiennent, et elle les suce et au début elle avale, et puis au bout de trente queue, elle se dit, mais en fait même en suçant toute ces queues je suis encore emprisonnée par ma condition de femme, et là en fait, au bout de 45 queues elle se libère vraiment parce qu'elle se dit qu'elle va plus avaler. elle va plus avaler parce qu'à la place elle va cracher. elle va garder le sperme dans sa bouche, le faire tourner un peu, et puis elle va se mettre face à l'homme qui l'a rempli, et là, c'est le milieu du plan-séquence, c'est le climax du plan-séquence de l’oeil droit que je suis en train de monter en direct et où on voit tout ce que je suis en train de raconter ici en même tant que je filme et monte et tout et tout, là on la voit cracher le  sperme du dernier mec qu’elle vient de suçer, on la voit lui cracher son sperme à la gueule, au mec. elle lui crache son sperme dans la gueule et elle dit 'je t'éjacule à la gueule'. et donc elle fait ça pendant encore 10 queues et là bientôt il n’y aura plus de queues parce que c’est un petit hangar tout de même, et puis pour les cinq dernières, elle suce le mec et elle garde tout dans la bouche pendant qu'elle met un gode, elle dit un strap-on, parce que c'est anglais alors ça fait plus film overfilming porno­-lettriste-révolutionnaire, alors elle met son strap-on et là, là on la voit en train de fucker Richard HAHAHAHA, et après 2 minutes elle en peut plus tellement c'est orgasmique, et alors là on voit ses joues qui gonflent, et elle essaye de retenir le sperme pour que ça dure plus longtemps, parce qu'elle se dit qu'elle a toujours critiqué les hommes qui duraient que 2 minutes, mais elle là elle en peut déjà plus alors ses joues gonflent au bout de 2 minutes et là, elle dégueule le sperme de Richard HAHAHAHA sur son dos. et là lui, il lui dit putain c'est tout ce que tu as? il lui dit c'est même pas assez long pour cuire un oeuf. et elle elle lui dit qu'elle s'en fout, parce qu'elle lui a giclé sur le dos, et qu'elle est en bon chemin dans son devenir-homme à elle. et pendant tout ce temps que tout ça se passait, on voit les zoom arrière avant de ma bouche, et la bouche de l’acteur-critique devenu réalisteur, et on entend Not I, pas moi, etc, et le synopsis de l’acteur-critique devenu réalisteur, un truc pas du tout overfilming révolutionnaire comme il le prétendait mais un truc hyper-chiant de cinéma d’auteur à la française pourri, et tout ce que disait la vieille clocharde laide avec son strap-on au gland plastic couvert de plein de merde différante, ce qui veut dire qu’il y avait plein de disjonction voir-parler, alors en plus d’avoir de l’image-mouvement, de l’image-temps au champ en profondeur très profond de tous ses plans que je monte sur final cut en direct et les cristaux de temps qui en résulte, en plus on a du cinéma matérialiste, et là mon iphone il arrête plus de sonnner, avec plein de contrats au bout pour mon travail d’overfilming porno-lettriste-révolutionnaire-expérimentale de la part des grands studios de cinéma américain où le film ne sera plus pour les intellos, mais c’est le prix à payer pour des couilles en or, parce qu’avec tous ces contrats que je conclue à l’iphone, je suis en train de me faire des couilles en or, et je vais sur le site internet du compte en banque au Lietchtenstein que je viens d’ouvrir à l’instant, et les milliards arrive en boule, des vrais couilles en or que je suis en train de me faire, et là, tout d’un coup, arrivent dans le hangar trois clodos bourrés buvant de la clara pils, et ils viennent sur moi, et pendant que le premier me pisse sur la jambe gauche, le deuxième me crie des saloperies à la gueule avec ses dents d’alcolo pourries, et le troisième, un grand mec écrivain de polars expérimentals, me fixe dans les yeux et me dit ‘t’aurais pas dû nous piquer notre idée.’

Syndiquer le contenu