Charles Pennequin et Armée Noire

jeune fille

les cauchemars de la jeune fille

20/02/2009 - 13:00


je pense à toi, dit la jeune fille, je pense à toi je fais des cauchemars tellement je pense à toi, dit la jeune fille, et tellement je pense que toi tu penses pas à moi, ou alors tu penses pour me faire mal, dit la jeune fille, alors moi je pense gentiment et j'arrive gentiment à toi, et toi tu n'es pas dans le gentil, toi tu es dans le méchant et moi je pense à rien et je me dis c'est rien et puis après je me mets à gonfler dans la tête, dit la jeune fille, ma tête se met à enfler comme on dit, dit la jeune fille, tellement j'entends raisonner un tas de trucs et tellement ça raisonne dans la tête, qu'à un moment donné je me mets à penser que tu m'aimes pas, dit la jeune fille, et que tu ris de mon amour et de tout de ma connerie, que tu as bien saisi la connerie de moi, que tu as visé dans ma connerie en plein milieu, dans le plein centre de moi et ma connerie, dit la jeune fille, et tellement t'as visé juste qu'après j'en fais des cauchemards, je te vois avec ton vrai visage, un vrai visage qui serait le visage du cauchemard, dit la jeune fille, et moi je te reconnais pas et j'ai peur et j'ai tellement peur que ça me réveille et je t'écris des sms pour t'insulter tellement tu m'énerves, dit la jeune fille, tellement ça m'énerve de m'être fait avoir que moi je t'avais pas vu comme ça que moi, dit la jeune fille, j'étais venu gentiment à toi et toi ça t'a fait rire tellement tu me voyais arriver avec mes gros sabots, alors tu as dit des trucs, dit la jeune fille, tu as dis que tu me voyais, que tu savais que j'allais arriver avec mes gros sabots et déballer mes salades, dit la jeune fille, et que déjà ça te prend le chou tout ça et qu'en plus tu me dis putain je suis assailli, dit la jeune fille, tellement assailli putain comment je peux penser si je suis comme ça assailli, dit la jeune fille, et que par toi et après tu me dis aussi des trucs du genre que si je te pose des questions que tu commences à me répondre, et que quand t'auras fini de répondre y aura plus rien à dire, dit la jeune fille, et déjà ça te fait chier qu'on se dise plus rien, dit la jeune fille, moi je sens bien que tu as peur qu'après avoir tout dit on se fasse chier comme des rats morts, moi je me fais pas chier, dit la jeune fille, mais toi tu sembles déjà te faire chier comme un rat mort, dit la jeune fille, et moi déjà je sais que je vais faire des cauchemars et te voir avec une tête de rat mort, et dans les trous du rat mort je mettrais tes yeux, dit la jeune fille, mais je pourrais pas les mettre, dit la jeune fille, il y aura juste des trous à la place des yeux, dit la jeune fille, à la place de tes yeux on verrait que des trous de rats morts, et moi je serai horrifié de voir ça et je me réveillerai, je me réveillerai et je t'enverrai des sms d'insultes et je penserai que tu dors encore, car toi tu dors bien pendant que moi je fais des cauchemars, dit la jeune fille, toi tu ronfles sûrement et t'entends pas mes cauchemars et mes sms d'insultes, dit la jeune fille, toi tu t'en fous puisque tu ronfles, alors moi j'éteindrai le portable pour t'empêcher de m'appeler, dit la jeune fille, et puis après je le rallumerai au cas où t'aurais voulu m'appeler, et vite je le réteints comme ça t'es coincée, dit la jeune fille, et puis je te renvoie un sms d'insultes, car je me dis t'es peut-être pas réveillée et faut te réveiller, dit la jeune fille, et tu te réveilles et tu m'appelles, dit la jeune fille, alors tout de suite je décroche et tu me dis que tu m'aimes, que tu m’aimes et que jamais t'as dit ça comme ça, au contraire, tu veux tout le temps, jour et nuit que je t'assaille tout le temps, que tout le temps ça te déborde, alors là je suis conne, dit la jeune fille, je reste conne et je dis oui, je dis je t'aime tellement que j'imagine tout et je t'embrasse dans le combiné, dit la jeune fille, et je te dis merci merci à toi de m'avoir rassurée, merci merci car j'ai fait un drôle de cauchemar, dit la jeune fille, ça m'avait tapé sur le système quand tu m'as parlé hier, alors j'en fais des cauchemars tu vois, tellement je pense à toi après j'interprète tout de travers, dit la jeune fille, et je crois un tas de trucs qui me font souffrir, alors tu peux te dire que je t'aime tellement je me dis, dit la jeune fille, je me dis toi tu m'aimes pas, ou alors je te fais chier je me dis, dit la jeune fille, je me dis tant pis si je te fais chier, je te ferai plus chier pis voilà,  mais en fait je suis mal et j'attends toi de toute mes forces, je t'attends sans cesse tellement je pense à toi, tellement je t'aime tellement tellement, dit la jeune fille, qu'on a des choses à vivre tellement, à faire tellement, à être à deux tellement, tellement à deux qu'on est tellement à se dire, tellement à vivre des choses, tellement c'est bon, et toi tu me dis arrête là c'est bon, dit la jeune fille, arrête de dire tellement c'est bon, dit la jeune fille, c'est bon tu ris tu me parles de toi, dit la jeune fille, tu me dis que tu m'as vu dans tes rêves, que tu as vu que je glissais, dit la jeune fille, que je faisais du ski mais moi je sais pas faire du ski, toi tu dis si moi je sais faire du ski, dit la jeune fille, toi tu sais pas non moi je sais pas faire de ski, dit la jeune fille, mais je t'apprendrai, dit la jeune fille, et je te donnerai ton premier flocon et on ira dans des stations sympas, dit la jeune fille, et même on pourra glisser sur le cul si tu veux, glisser sur le cul c'est fort possible, dit la jeune fille, de toute façon quand on commence on descend sur les skis, mais très vite on descend sur le cul, dit la jeune fille

Une jeune fille et puis une valise.

09/07/2011 - 21:19

Énième digression autour de la jeune fille.

a peut - être un rapport::
Syndiquer le contenu