Charles Pennequin et Armée Noire

Désastre

Cohue du tohu-bohu ou... l’agonie crépusculaire du cunilingus

27/03/2011 - 19:46

 

 

dérapisse glisse 

chuttombe

 

 

BOUES chiasses bues en trombe âcre rance bombance du cul en pestilence transe urgente des gens s’urinant sales LICK CUNT essences vaseuses dessus suent airs. 

 

cas CENDRES capitaliste cannibale avalant cacas acides de cadavres crasse rassie dévalant fatal l’italique idyllique fétide fiente de lave salivante anale vile lente annihilant la vie. (LITTER LETTER)

 

peaux moisies os noircis eaux ainsi nourrissant les plis plein de pus de poux de pets pourrissants entre fesses flasques TRASH SHIT et cuisses clitorigide presque en passe d’essai tige ouvrir laid lait LICK CUNT bées blessées de masque poisse langoisse.

 

CONS avortons en gueuletons foetus en bonus bébés en beignets sang séché ou coulé LICK CUNT du nouveau-né mort sous le nez entre dents du dedans croquant crachant crissant CENDRES de la chair crade croissant sucrée en caries viciée les lèvres grêles dévorées suçant le vit vite expiré esquissé vissé.

 

râlangues exsangues de vomis mi visqueux mi solide humide de queues d’animaux malades de masse en salade de limaces TRASH SHIT boyaux rasades de gros yeux en gelée en pustules testicules de bélier déliés des pilosités ridicules de policiers dépecés et lustrés plaies lambeaux emplies LICK CUNT de puces d’insectes d’abcès excès d’humus humeurs qui meurent.

 

spermes amers merde de mère dame immergée en bain de glaires grises engrais de verges d’ères liquides qui LICK CUNT larmes de guerre fluides épidermes irradiés corps morts amarrés à l’idée débile débordant de graisse grise tentaculaire cancer CENDRES hantant suintant la larve la morve la viande torve et déteinte d’impropres lèpres décharnant les charniers de crânes massacres et de déchets entachés entassés harnachés à l’âne empaillé dépouillé pillé.

 

 

incestes scatomanes nécrophages restes 

suçant léchant ahanant haletant les sucs

les muscs en bouts en mous sens bus mus

blancs boutonnants noirs nuits sans tons

tâtonnant démangeaisons jutant nauséabond

l’embonpoint carnage cassons crions de marécages

d’âges dégueulasses chasse à la décapitalisation des

 

 

bukkake décapant BOUES enfants défoncés confessés frappés de foutres purulence élance en silence carcasses poussiéreuses rances dépecé désossé dévoré de vers verdâtres trop terre-à-terre autre trace atroce TRASH SHIT de monstres mutants honteux à trois bras jaunes haleine faune un oeil informe miteux recueil LICK CUNT de noeuds de couilles en vieux pneus hideux grouillant de.

 

crottes apocalyptiques croûtes critiques LICK CUNT dégoulinant du nucléaire cyprine au césium éclairs dégueulant iode gluant à la mode du plutonium plutôt ignoble déshominidant idéaux pensant l’immense CENDRES sanctuaire des ovaires doses choses dérisoires ruines de pines de poires ou pire de camps de peurs vapeurs torpeurs désespérées mutilant les mots torchés. (LITTER LETTER)

 

TRASH SHIT terreur tortures erreur ordure obscure horreur de l’heure dure odeur de saumure murant l’impure violant toute figure urgemment vidant ses boyaux en bocaux ses tripes en fripes intestins en festins en fastes en fists blattes blettes bêtes destins des troncs CONS jappant joyeux à l’orage du japon rage épongeant l’engeance de gens qui de là fout coup chie ma couche de fous fauchés à la louche touchant à l’escarmouche des champs d’

 

 

esclaves délavés 

de l’Un du

système d’un

thème livide

spectacle qui va

désastrace au

pinacle se

raclant dansant

les caves des

débarras

rats

 

r

a peut - être un rapport::

gokkun - douceurs… en maintenance (au noir)

19/01/2011 - 00:24

 

 

 

xxxxxxxxxxxxx

 

 

 

l’angoisse langue poisse qui -ou quoi- jouisse poussant lent le viol

eaux vies tri trolls aux vives oh livre ivre folle molle moelle poils pi-

sang sur elle

 

doigts ou mi désirs humides et sûrs d’usage -urgent- rageant l’amie

mourre des mouilles maille à partir par terre et turgescence en jets

sens suées

 

m’occire oxyde au terme des sbires du sperme ou pire partout erre

aux dermes dits partouze ferme folle -phalle- fille où fêle parfume fout

temps trouée

 

au fil de ta peau pute tapotant tâtant le faux fuitant tes pores tes potes

débords d’éros désert heurtant -tes guerres- tant de ta hâte à toi gai

t’en rire d’aile

 

de l’orgasme asthme hors monde spasme onde -danse- lance pense 

long d’eux voluptés volutes nos luttes tes vols de libertés thé fiole lotie

tubant dés

 

 

 

...chaos jouant de l’os cahin-caha au cul des cas tohu-bohu de joie

 

...maints nœuds noyant nos nous tenant tout ton pouls poulpe puant

 

...frottant le chaud le fluide ado liquide ou trop rapide sanglot gluant

 

...désastres des clins d’œils du hasard au visage déclin d’art en proie

 

 

 

au déclic des clitoris hissant le risque à l’aube des lies de délices 

 

 

chiant la mort au détour du festin d’amour et d’orgie jutant l’aurore

 

 

(qui l’allume hier (nuit hallucinante luisant en nids (si lancinante)))

 

 

 

écran en bandes en bras invaginant l’image embrassant en bas bains

 

soufflant souffrant le saugrenu néant tonnant de sommeil se suicidant

 

en seins cernés de salives sales hiver de nos lèvres fièvre aux sourires

 

crasseux radieux radiés de rares odes au crade criant à ceux qui croient

 

 

 

(oui (bonheur baisant) à la chance (serrant dit peu) (punk)) chutant)

 

 

abîme pourrissant monstrueusement sous mes caresses nourrissantes

 

 

riens squattant la casse le cloaque des chiens à coups de clash complice

 

 

 

...gravité dilatée quantiquement l’amant tranquille alimentant l’audace si grasse

 

...agissant aigrement et allègrement grâce à la glisse suçant sans issue mais en

 

 

…se la coulant (en)

 

 

 

...douce.

 

 

Sur-prendre

01/11/2009 - 00:34
 
s'enfonçant dans la béance nuisance sonore son sang -puissance de fond- s'enfonçant dans la nuit immense aurore chanson -puissance de feu-
dans le truc profondément dans la pénombre pénétration dans -passionnément- le trop l'ombre portée profondément dans le trou -putainement-
soudain -écho grondant- les cris l'égorgement l'agonie -hurlements- l'écrit l'écartèlement l'orgasme -silence bruyant- strident d'un sou-
ffle
 
fuite en avant dans l'espacement -éclairs lueurs- en avant dans les corps dans les gens -râles en sueurs- fuite en coup de dent écoute -le vent qui pleure-
précipités noirs pleins d'obscurité -vide abymé- vite dans les soirs d'étés de chiens -abysses osés- précipités près des pressoirs du chaud -chuté-
transant dans l'air des traces -fracas- dansant dans l'ère des crasses -effroi- transant dans les carcasses d'hier -des tas- dansant dans la poussière de
pas

 

 
 
plongé encore frétillant -la pisse éclabousse- jeté frais mort changeant -éclabousse l'impasse- plongé si fort coulant -pissant l'impasse- hors d'élan
rauque et planante la voix échappe lancinante et glauque -valses au loin- rauque achoppe à l'époque sans choix lente choquante -valses au coin-
s'étendant comme une ondée commune nos sourires -instants volés- s'étendant comme une montée de lunes tous nos rires -instants violés- en ri-
cochets
 
tourne-toi voilà comme ça oui plus bas -silhouettes confuses- penche-toi lèche-là mais oui c'est ça -allumettes qui fusent- oui oui déjà -ou pas-
débordant de vigueur liqueurs -sa présence- de vies s'accordant à la langueur -si intense- débordant de torpeur moqueurs -saisit sa chance-
elle me parla et ce fut un génocide -déclic- elle explosa toutes les pensées à l'acide -éclipse- elle me toucha humide des massacrées -apocalypse- elle
m'aima

 

 
 
zoommant sur sa salive abondante et bandante -vive- gros plan qui lave l'image attachante et tâchante -morte- dézoommant rampante et pente -vive-
aventures inventées de toutes liesses -déchirements- la nature éventrée de toutes pièces -déchiquettements- ouvertures ravinée de -dépècements-
ils se perdent toujours au retour -lave en fusion- ils se perdent à rebours des jours -lave télévision- ils se perdent sans recours là sourds -et c'est
l'évasion
 
s'enfonçant dans les fesses du destin sans limite -évacuations de la zone- s'enfonçant dans la face son festin dynamite -éjaculations de la zone-
dans l'antre virale des pirates du poème qui entrent qui ratent dans -chier la littérature- l'entente cadavérique des pires potes qui papotent -la lâcher-
rigoles visqueuses -charmes et larmes- si folles ruineuses -alarmes enchantées- rigoles visqueuses -vacarmes attentés- si folles heureuses -armes pour sur-

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 

sauter

 

 

Poitiers-Manif111009 b.jpg

AIMEUTE

25/09/2009 - 21:42

bande de cons (!) - bande de cochons (choquons les chauds cons) - pensables - bandant en cocons - pansables - bonds dans sables - pans de bons - bans de sons - dansables (dansons sautons les bancs balançons les blancs enlaçons les cons) - battables - sans ponts - sans fables - batons de sens - en sensations - saisissables (!) - si pissable - K.O. - si passable - sang puissant - puis passions - cas irritables - sautes de fions - enseignables (saignons signons les plans sessions des glands suçons les cons) - temporables - de peaux - tempes en mots - eaux tampons - os des gnons - cognables (!) - minables - terminables - interminables - CHAOS - déterminables - des terres sans fonds - plafond d’éther - bouffons (baffons biffons les beaufs baisons bisons les beaux gaffons griffons les cons) - tançables - ons communs - greffables - inflammables mais ineffables - façons de faux saints - CAHOT - effaçables esclaffables - esclaves lavés au vin (!) - en vain (vivons  lovons les livres épaves levons ivres les caves de vos cons) - damnables - noyons nos chants chiants et sans noms - en choyant les vieux jouets - GUERRE CIVILE - joyeux fouets fous en forêts (!) - soyez mouillables (mouillons maillons nos plis vrillons nos cris en quilles en drôles de drilles si cons) - cassables - cessant de lancer aux cibles des fessées - fissionnables - GUERRE SI VILE - feux follets filés désaffiliés des défilés (!) - enfilables (enfilons enfuyons nos émotions fêtons foutons nos fellations frottons les cons) - testables - contestations - des stations libres -  déséquilibres des actions fibres de fictions (!) - GUERRE SCIE VILLE - corps courant en fusions en fixant - les culs ronds - curables (curons créons les coups devant sacrons sucrons les grands crevant les creux des cons) - putables (!) - LA GUERRE CIVILE VOUS MET K.O. - computeurs en réseaux résonnant en tueurs - tutoyables - tâches touchant nos taches - de sperme (!) - fort perméable inspirant pores et dermes - LA GUERRE SI VILE JETTE LE CHAOS - formidables feutres faute de - foutre fiable - trous causant bouts posant bouillant de trop - trocables (!) - cabales désastrales de survie anale - LE CAHOT DE LA GUERRE SCIE VILLE ET NOUS FOUT TOUS - À POIL À POIL À POIL (!!!)

 

a peut - être un rapport::

Hum-1-surrection Nomade 1-visible

18/08/2009 - 13:32

La grippe A c'est la fièvre qui monte c'est l’effet qui démonte c’est la lèvre du monde. La grippe Anticapitaliste s’agrippe antique à la liste des grappes à décapiter. La grippe Anarchiste nargue l’archer riche des schistes à chier la propriété pro satiété des pots à cracher la société. La grippe Autonome tonne et nomme les lotos des idiots consommant assommant assumant consumant en taux d’hôpitaux les prolos se déplumant.

La grippe A c'est la rage du peuple en cage en pleurs qui peut en nage plier les pages des plages de peurs. La grippe Associative cesse hâtive d’essayer l’eau plaintive qui scia les os des rives de peaux primitives. La grippe Active varie à pavés en groupes en vrai salives d’énervés arrivés avivés. La grippe Amicale micmac qui cale les flics sous le fric de leur froc escale qu’acclame les lames qui claquent les cliques du cas capital.

La grippe A c'est la folie qui soulève c'est la lie qui s’élève qui enlève les faux lits des finances élèves qui tancent aux prix d’existences. La grippe Artistique tisse tactique astique l’atout pisse la toux haptique plastique. La grippe Ardente danse amante les dits médicaments alarmante armante l’intense part des gens. La grippe Amoureuse heureuse des coups d’amas de creux allumeuse du feu à l’Etat qui allaita la faucheuse facho.

 

La grippe A c’est le désastre survenant pour survivre c’est la discipline des plis d’événement c’est la dynamique du vent violent c’est la conduite de la connerie enduite de bonne ânerie flânerie qui fane les prairies des réceptacles en série de spectacles qui font périr pourrir pétrir nos sourires sans sous mais pires que les seuils des saouls à cercueils de nous de poux dépassant de la pensée censée mimer l’imminence immense de nos plaies.

La grippe A c’est la maladie de l’Armée le virus laid bandit et armé noir AN à haine l’ennemi obscène qu’anime l’art du marcher noir anar mi né mi mort qui en a marre des chaînes des chiennes déboires des porcs des purs pour l’or pour l’heure de gloire des dinosaures trop entravés encore lavés larvés traversés de travail de troncs de bétail à étrons de patrons par cons à cris d’on a pas pris la façon des prisons que nous piratons.

La grippe A c’est l’essai de dépassement du risque flasque du mix de rixes et de masques de cirques de terreaux terroriste qui s’arque aux briques qu’on cite au ban aux barres aux barricades arcades sourcilière des souricières à grenades graine de prière actionnaire au panier à salade au pilori sale et en panade panique atomique niquant érigeant appliquant l’arnaque à grandes claques les montages sabotages blocages sauvages.

 

La grippe A des insurgés écorchés étrangers sans manger sans sujets sans chez-soi mais en très moi émois libérant du blême blâme qui brime abîme emblème mis en abyme décimant par goût gouvernements nœuds à balbutiements à bulles jouissants en sangs baisés par nos soins seins visant le sens saisissant pétrissant démolissant la démocratie ce mot racis mort mode merdocratie des crades assis que l’on moquera en assassins vivants en nos bassins collant à la colère complice en l’air de poéticité dans l’aire intensité de chairs à chier à chercher à chiper ce qui était en papier en papes en pipes en tapes en stop en stup’ en putes disputes qui tempêtent à tant d’attente de banques qui pètent en fêtes de pan de ban de bancs en queues en têtes sans carcan sans quart temps en comètes en corps en sorts en quête en accord en aqueux en crêtes en trésors en jeux en qui-jette en mets en déjà-en-miettes en je en j’aimais-que-jamais-ça-s'arrête

 

 

AdolescenZ [EP. 2 - GROPOETRY - warmholes]

23/12/2012 - 18:57

 

orées du trou noir xy13.

luisant là lui sentant sa
ça y étant capiteuses et humides ici pisseuses
insu suce l'amas tris cellulaires d'air lie vive us
flash flesh

[anus galactique les particules t'enculent bouche pluriverselle]
si mi x x x s'immisce mix gisant hors horde porcs techno d'après apres mecs de l'eau de
nos p p p ... wtf holy shit you idiot ! now oui art errant lascifs cocasses récifs des marches de champs moléculaires
molles éculées vers l'ailleurs y vidant évidences et danses de cons abscons et bondissants dit d d d ...
flash flesh

[anus galactique les particules t'enculent bouche pluriverselle]
faster than light fuck past and bite b b b gloryhole to the gloryhole to the ivres ou troués sales se s s ... ... ...
org grr r r ri vit ni toi and me pièges à photons pieds ontophages giclant ta joie de baiser les désastres
z z tr tr and the end e-end of hands han han han en te joignant via loveuse transp tiède y allant te touchant
flash flesh

 

trou de vers 169.

bazar hasard bizarre tohu-boues-bohu debout à  bout titubant dedans butant sur ta bite tes boobs t
b b ... out bi te tatonnant ah là  ! cyber liber douche douce ? ah ... q ... ... ...
chutes ...
sh ... ... ...
suintant liquides crades r r ... cr ... nous ... avançant sens s s ...

coulant cool houle ou ... ...
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... o ... ... ... u ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

flash sh
flesh sh

[anus galactique les particules t'enculent bouche pluriverselle]
parasites kystes grains y st virus humus hydre grouille origine j j j ... ... ... ne

... ... ... ... ... ... ... ... ah si
tu ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... gliss
ss euh nous agissons s ag ss iii infinies sp pistes spit où ? ? ? ... ... ... ... ... ... ... ... ...

fontaine blanche

spermouillante.
 

FELL-ACTIONS (pornolettristes)

10/08/2010 - 13:47

 

 

lyrico-mystique

 

suave douceur sursaut de langueur saveur par la

langue heurt du moite humide étroite lèvres qui

le lève en fièvre en sang encens du fier fort de

l’alchimie des chairs ignées vraiment saisies en

sacrement qui durcit ardent qui rougit qui se

gonfle qui enfle qui s’enfile entre ses seins ses

doigts sa bouche boit la salive ça lave ça va

ça vient ça monte ça conte le désir de venir jouir

de bondir hors de soi de soif et de s’alanguir

de se répandre se jeter se faire prendre en un

gosier aimé dans des muqueuses heureuses

de sucer et d’aspirer le sperme et de se faire 

emplir de liqueur délit de membre qui jaillit oui

ça jute du jus fort ça orgasme ça dans l’oubli

de tout déborde de partout liquide rare et fou

qui dégouline du dard puis de cet orifice mou et

glorieux sous sa vie infinie et sous ses yeux.

 

 

 

kénotico-hard

 

SUCK ME ! - mmmmm, bruits humides

de succions tièdes (dur, le gland tres-

saute sous les caresses) de coups de

langues - OH FUCK ! - le sang afflue

dans sa queue bandée/décalottée/armée  

et fait gonfler le plaisir (les couilles ir-

radiant la verge à vif) de salives sales

lèvres pleines de sécrétions secrètes

- DEEPER, FASTER ! - imposante, la bi-

te boute le palais, la glotte au fond de

la grotte suintante qu’elle ouvre à s’é-

touffer tout feu (il sent que son chibre

va vibrer et exploser) - OH - I’M CO-

MING - LOOK AT ME - et il se déverse

salé acide amer blanchâtre à longs

jets (la bouche ouverte déborde, elle suf- 

fuck) de sperme visqueux - DO YOU LIKE

IT ? - elle : mmm, oh ho, h h h h… tasty !

(elle ahane, il la regarde, elle laisse cou-

ler le foutre sur lui, reprend son souffle,

lui sourire niais, elle, satisfait) - I LOV’ Y’ !

 

 

 

aléthico-désastral

 

a-bandons là

douce approche de

la bouche

sexe bouillant tendu

qui touche

étincelles

onctuosité de ses 

lèvres qui délivrent vives

sa volupté m’ensalivant

vent ivre vers sa langue

frétillant à la longue

heure de mon sexe

excité

s’enfonçant 

ressortant en don

tressautant en bonds

turgescent du fond

au gland à l’angle

commissure mouillée

d’elle de son visage

bientôt souillé

nos peaux coulissant vives

s’enfonçant

moussant si proche de

son souffle

je guide sa tête tâte

d’elle plus encore

mes mains caressantes

ses mains saisissantes

au milieu : ses yeux ma queue

membre irradié des reins enflammés

des couilles envenimées

je sens que ça vient et

sa bouche enfin vive

s’enfonçant

m’accueille jaillis-

sant en violent

jets d’orgasmes

spasmes 

vis-

queux sperme

vital coulant lent

sur nous les

amants.


 

Syndiquer le contenu