Charles Pennequin et Armée Noire

miettes

Parution: Little Man de Thomas Vinau

18/11/2009 - 11:19

Avis de parution : Little Man

 

 

Little Man, édition Asphodèle, collec Minuscule, nov 2009, Format 10,5 x 14,8 cm, 52 pages, 7 €

à commander par mail à l'éditeur ou à l'auteur

ci dessous un petit extrait :

Nous sommes des êtres minuscules dans des forêts en feu
Nous sommes des rêves sur le carreau
Nous sommes des danses d’aubes jaunies et nos chemises
trop grandes nous tombent sur les bras
Nous sommes des assassins
Nous sommes des orphelins
Des espoirs d’alcooliques....

(Little Man, p.51)

La présentation de l'éditeur :

Retrouver Thomas Vinau, dans la collection “minuscule” d’Asphodèle est de l’ordre de l’évidence. Son recueil nous propose sur 52 pages un tour de rien, avec rien d’autre que des mots, pour aller nulle part, en revenir, repartir, avec une puissance évocatrice qui peut néanmoins nous convaincre du fait que, mine de rien, on a fait quelque chose comme un tour dans les poussières des confins de l’univers.

 

On pourrait presque disparaître

23/09/2008 - 17:58

à tant vouloir s’éparpiller
on pourrait presque disparaître

c’est bien ce qu’on cherche
après tout

Eclater!

     en
                                                                                                            millier
                                            de
                            miettes
minuscules

se décentrer
s’atomiser
se dissoudre

jusqu’à ne faire plus qu’un avec les minuscules particules
du vide

On pourrait presque disparaître

et si la matière n’est que de l’énergie organisée on voudrait se dématérialiser pour redevenir de l’énergie
pure

Eclaté
Défoncé
Démonté
Ravagé

Jusqu’à ce que la cervelle redevienne une idée abstraite
Jusqu’à ce que le corps traîne derrière soi
jusqu’à ce que le devant culbute le derrière
jusqu’à ce que le dedans carnage le dehors

Courtiser
l’explosion

de cette IMMENSE PEUR
du vide
du vivre
de cette immense honte
de soi
de dépit, de défie, de dégoût, de tendresse
On pourrait presque disparaître

retourner
dans le ventre

s’y vautrer

de vertige

on pourrait presque être plus libre
de cette disparition
on pourrait presque être plus fort
dépecer sa peur

la vomir
la dissoudre

on pourrait presque en faire des chaussures
de sa peur
et marcher avec
tranquillement
sur la tête
une chaussure à tête
pour disparaître

on pourrait presque la souhaiter
à qui de droit

on pourrait presque la prêcher
perché nu sur un tonneau percé
on pourrait la clamer jusqu’à ce que la foule jouisse unilatéralement de cette saine et commune explosion
on pourrait en faire des vêtements pour tous les enfants nus du monde
pour tous les ventres
pour toutes les plaies
pour toutes les ombres

on pourrait la boire jusqu’à plus soif
                                                                    cet
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    obscène
                                                                            liqueur
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    de
                                                                  perte
ça ferait un peu de lumière
l’explosion

On pourrait presque
renaître

on pourrait presque
en vivre
de cette disparition

Syndiquer le contenu