Charles Pennequin et Armée Noire

moma

tomasterminalstatuts

08/10/2009 - 11:13

tomas commence à avoir un beau stock de terminaux,

et en pleine expension l'activité.

tomas un nouveau terminal s'ouvre: tomasterminalstatuts.

tomas tente une sortie du terminal,

une longue sortie, trop longue.

tomas attenté.

tomas se déconnecte.

tomas modestie terminale.

tomas ses statuts ne s'affichent pas.

tomas et ciseaux Ctrl C

et colle Ctrl V.

tomas torrent de sperme dit-elle.

tomas traduit et à force se traduit

en traduction traduite traductrice

de traductions traduites

se traduisant en traduire.

tomas est 22h44 et encore un statut.

tomas vient de lire, et une joie,

une augmentation de puissance

s'en est suivie: cioran:

pourquoi écrivez-vous?

beckett: je ne sais pas,

peut-être la joie.

tomas et une marche,

une marche en tuffeau,

du tuffeau médiéval en marche,

et dessus quelqu'un,

quelqu'un dessus une marche

en tuffeau médiéval et dessous un trottoir,

un trottoir en asphalte et

dessus une marche médiéval en tuffeau

et dessus quelqu'un, et

sur le trottoir une casquette,

une casquette sur un trottoir sous

une marche en tuffeau avec quelqu'un

dessus, et des pièces, et

the ex kokend asfalt alstublieft.

tomas, et dans la tanière,

un bureau, et un ordinateur,

et un tomas, et des livres,

et des minutes, et des dictionnaires,

et des bouteilles d'eau, et des stylos,

et des cigarillos wilde, et un sous-bock

pour tasse de thé, et un briquet,

et une étagère, et des livres, et

des images, au mur des images, des

images paintes, des paintures, pas

des peintures, des paintures, et

tomas et voyez cette main di maniera,

ce léger contraposto, et ces drapés

rouges sur fond jaune pâle. lucier,

dans son traitement pictural d'un thème 500tenaire,

redistribue les angles de la serpentine et

crée un précédent dans le traitement

des trous narinaires.

tomas Ctrl S.

tomas est enfin intallé dans

sa tanière à bureau, ordi, internet,

mesrine et dictionnaire, 'as a little child

already Mesrine thought, and he thought this,

amongst other things, he thought already

as a little child that he had been

taken from his own subject matter,

which is the matter of death...'

tomas vient d'updater un statut.

tomas Ctrl C Alt Tab tomas Ctrl V Alt Tab

tomas ik schrijve een dichtwerk,

mijn eerste vers, in de

slaapkamer, om de computer.

tomas bartok, sunn o))) et cartons de livre.

tomas avec un s à livre svp!

tomas redevient kléber,

se klèbe la gueule aux pixels,

retraduit, se retraduit;

est une dilletante!

tomas se blurbe un statut:

"ce statut, c'est facebook en vie,

c'est le travail du texte dans le paraître,

l'insondable dans le visuel, bref,

son statut est un bijou de sensations

fortes et d'affects sincères."

tomas se sent bleu pâle.

pour bleu pâle lire magenta.

pour se lire me.

à la place de sent dis.

tomas tu veux aller flâner?

un petit café suivi

d'un brunch quelque part?

tomas Ctrl S.

tomas a des deadline à respecter,

des choses à cuter, des plans à monter,

beaucoup d'activité.

tomas la mort d'un jardinier superbe.

seconde personne singulière

d'un indicatif présent.

tomas quand je lis

je qui parle.

tomas raymond tout à fait enfin,

"Je suis en train de relire <i>Malone Meurt</i>
juste pour moquer un peu la mort
et stimuler mon esprit cancéreux.

Je serai quand même bientôt tout à fait mort enfin
nous dit Malone au début
de son histoire.

Quelle superbe ouverture
Quelle phrase fabuleuse.

Avec une telle phrase
Malone annonce sa mort
et en même temps la retarde...

Traduit du début de "A matter of Enthusiasm" de R.Federman."

tomas et quand même bouffer.

tomas Ctrl S Alt Tab http://pennequin.rstin.com/

Alt Tab Ctrl A Ctrl C Alt Tab Ctrl V.

tomas 27/07/09-07/10/09 pour info.

tomas Ctrl Q.

tomas pas encore la fin.

tomas Crtl C Alt Tab Ctrl V.

tomas je vais chercher

de la ficelle dit-elle.

tomas pourquoi?

pour sécher dit-elle.

tomas Hij zit vast in het asfalt

tomas il est coincé dans l'asphalte

tomas Komt niet los van het asfalt

tomas se démembre de l'asphalte.

tomas se délangue,

dans un terminal dit-il.

tomas sans langue avec

des doigts dans un terminal.

tomas une bouche en main

en langue des doigts.

tomas se perd à force,

forces le perdent en touches.

tomas se roule une

gauloise caporale.

tomas écoute musique moma.

tomas moma encore sa mot

moma pour tomas.

tomas moocow james dit-il.

tomas portrait de tomas en moma.

tomas musique de midinette.

tomas Ctrl S encore.

tomas Ctrl S paranoïa.

tomas miroir sans visage

noir reflet sans ligne tomas.

tomas ne statut pas sur lui.

tomas n'est pas toi dit-il,

il dit tomas comme il dirait

n'importe quelques-uns d'autres.

tomas je ne connais pas ta vie.

tomas non c'est vrai tu ne sais rien.

tomas fait sa runaround sue.

tomas hey hey hey hey hey.

tomas oooohhh ohhoohooh.

tomas this girl would leave

me with a broken heart.

tomas un coeur ne casse pas,

se bouche, fait sa crise, durcit

mais jamais ne casse.

tomas c'est une métaphore,

c'est con alors tu dis.

tomas c'est de la poésie.

tomas un coeur plein de

mauvais cholesterol, ça

c'est du poème dis-je lis-je.

tomas tu te répètes, oui

je sais moma ma mot tomas.

tomas Ctrl S.

tomas Alt Tab Ctrl A Ctrl C Alt Tab Ctrl V.

tomas pour cette fois encore

pour de vrai Ctrl Q.

 

terminalsortie

30/09/2009 - 16:19

par ici la sortie, une sortie de terminal, pour toi, une commande et puis plus là, moi ici dans un écran toujours, mais plus de terminal, ni console, une console avec des commandes, une console et jouer un peu dedans, avec des héros, et toi qui joues, et moi qui subie, tous les deux dans une console à jouer avec des héros, des avatars de console, une console un terminal sans X, un terminal une console en mode graphique, une console et un framebuffer, et du jeu, pour passer l'ennui, un petit jeu de personnes qui parlent, se parlent des personnes dans une console, non dans un terminal, tu me parles, plutôt je t'écris dis-tu, et moi je lis, dans une console je suis là à lire tes écrits, des écrits tapés dans un terminal, ou une console, cela dépent des jours, aujourd'hui, pas de terminal, pas de console aujourd'hui, dans un mail, tu écris un mail dans un terminal, et ce sont des gens qui se parlent, et si tu veux, si on s'écrit assez, il y aura un historique, un historique de tout ce dont tu m'as écrit, et que j'ai lu, mais cette fois en courriel, pour ne pas dire email, un courriel entre toi et moi et lui ou elle qui ont craqué le mot de passe, un mot de passe faible, un mot de passe sans chiffres, sans ponctuation, un mot de passe facile à deviner, comme maurice, ou louisrené, d'autres encore, mais qui seront toujours devinés malgré toi, moi je devine tes mots de passe, comme elle et lui peut-être, tous ses avatars de mot de passe que tu as créés, et pas difficile à deviner pour un sou, tu n'as pas pensé aux sous,  tu n'as pas écrit des sous, c'est qu'il faudrait connaître, pour écrire les sous dans un terminal, mais je ne n'ai jamais connu dis-tu, jamais de sous dedans un terminal, encore moins dehors, comment ça fonctionne des sous dans un terminal, t'y connais rien, même pas capable de toucher le rsa, ou le chômage, t'as jamais eu tout ça, trop con pour remplir les papiers, toute une paperasse, alors tu préfères te priver, tu te prives pour une histoire de papier, une paresse paperasse de quelqu'un qui ne sort jamais de son terminal, je suis dans un terminal et je ne sais pas faire de paperasse, par paperesse, ou je ne sais recevoir les papiers, même pas capable de faire des démarches, dis-tu, je ne suis pas capable de toute cette administration, ça me pèse dit-il, je dis ça me pèse lis-je, tu dis tout ça et je suis un incapable, alors je mange des patates, des patates pour moi dis-tu, des patates de l'eau bouillante et des patates cuites, et puis enlever la peau avec un couteau, et la manger, et ça en fait rire que tu manges la peau, c'est là que sont les vitamines dis-je lis-je, comme dans la tomme, bien que la tomme soit plus rare que des patates, et puis de l'eau, parfois du vin, quoique le vin est rare aussi, et des patates aux peaux mangés et des patates sans peaux dans une bouche maintenant, dans une bouche et sans beurre, tu es maigrichon parce que sans beurre, et une bouche sèche de patates farineuses, mais une bouche heureuse, comme si une bouche sèche ne saurait être heureuse, et des mains filmées de patates, non des bouts de doigts, et une patate égal quatre vingt dix pour cent d'eau, alors une tête se dit qu'une bouche ne peut être sèche, bien qu'une langue dise qu'elle est farineuse, et parfois du pain, de la farine encore, mais plus chère, un pain nourriture de riche, les temps changent dis-tu, un pain est pour des gens avec sous, une baguette de temps en temps, pour changer, faut bien changer, mais que le jeudi, le jeudi une baguette farineuse pas cuite, pour bien mâcher, sans abimer les dents, et puis quand les dents seront abimés, de la purée, sans beurre, une purée bien épaisse dans une bouche, mais c'est loin encore penses-tu, si j'arrête de manger des cookies, la purée en sera d'autant plus loin repoussée, pour encore savoir manger les peaux, où se trouvent les vitamines, comme du temps qu'il mangeait de la viande, une belle peau d'agneau, de poulet, de cochon, manger une membrane, une bicouche de lipides, dans une bouche encore dans un terminal, pas une console, on ne joue pas avec les patates et les membranes, dans un terminal encore et incapable de sortir, coincé ici, avec moi, moi qui aurait pu dû partir depuis longtemps, laissé ce fou dans son terminal, avec ses dis-tu pour dire lui, pour ne pas dire dis-je le suivre de lis-je, pour me fourrer des mots comme des patates farineuses dans ma bouche, une bouche en forme d'oeil, une bouche un oeil dans un terminal, et jamais de corps, que des parties, des organes mais sans corps, non pas un corps sans organes, mais l'inverse, ils se trompent parfois, se trompent parfois des gens qui parlent d'organes, ou ils avaient raison mais il y a longtemps, dans un terminal pas d'hommes, que des parties d'êtres, des êtres à aimer mais qu'en parties, j'aime tes doigts qui me tapent ce que mes yeux parcourent, des yeux qui courent de gauche à droite, et des doigts à gauche à droite en haut en bas en diagonale etc, atpqgùwbn,?;.:/!§ comme un cadre, et perdu des fois, quand on change de machine, une nouvelle machine étrangère et des doigts perdus, et une vitesse diminuée, et du coup des mots pas pareil dans un terminal, comme des mots pas pareil avec bic et papier, les gens ne pensent jamais à ça penses-tu, ce que c'est que de taper au lieu de glisser, si t'as un bic, car un reynolds creuse dans un papier, un bic glisse, mais à l'école les professeurs voulaient creuser sans doute, pour mettre des torgnoles pour papier déchiré, parce que c'est des arbres que tu déchires, alors une belle torgnole pour ne pas recommencer, mais incapable de ne pas creuser, alors d'autres torgnoles, ou une belle craie toute blanche dans ta figure, et après des rires dans la cour, des camarades qui rient de ta face de clown à la craie blanche, pour avoir creuser des arbres, ou lieu de glisser, et une autre torgnole parce qu'une minuscule c'est une ligne, pas une de plus, sauf si c'est un t ou un l, mais là une torgnole de plus car c'est deux pas trois lignes, trois lignes pour majuscules, et une torgnole de j dessendu trop bas, un j touche un l et une oreille tirée, et des torgnoles aux amis aussi, parce qu'ils lisent en cachette, au lieu d'écouter, alors un beau coup de règle derrière la tête, ça t'apprendra à lire, tiens, ça oui, ça t'apprendra à vouloir lire tout seul, sans moi le maître dit-il, et puis l'ami, vingt ans plus tard qui a bien appris, qui ne lit pas sans maître, bien appris la leçon, bon élève l'ami qui a appris à ne pas lire sans maître, alors des torgnoles dans la gueule pour être mauvais élève, et plus tard plus de torgnoles, aller lire le journal au café pendant les cours de torgnoles verbales, plus physiques mais verbales, plus tu vieillis et plus c'est verbal, au lycée verbaltorgnole, après le lycée procès verbal, sauf avec d'autres gens, là ça redevient physique la torgnole, il me verbalise et je ne parle pas dis-tu, il s'énèrve et moi je lui mets un coup de boule, pour qu'il ferme sa gueule, hop il s'énèrve fait son chaud et moi un coup de tronche dans sa gueule de petit énervé, pour qu'il se taise, et puis plus de coup de boule, après les coup de boule un terminal, pour se taire tout seul dis-tu, je me tais dans un terminal, mais je tape encore, je tape sans faire mal, sans de nez qui saignent, sans le coeur qui bat d'avoir battu quelqu'un, parce que ça bat toujours trop fort un coeur après un coup de boule, un coeur qui bat et une tête qui se dit j'aurais pu discuter peut-être, au lieu de lui fermer sa gueule peut-ête aurions-nous pu discuter un peu, et un coup de boule si ça sert à rien, oui mais père il disait quand quelqu'un s'énerve tu causes pas tu mets un coup de boule, tu seras pas enmerdé comme ça, il te crie dessus toi tu le fixes dans les yeux et pam ton front dans son nez, sa lui ferme sa gueule comme ça, et t'es tranquille, c'est ce qu'il disait père, c'est ce qu'il montrait, un jour un bar et moi et père au blanc, un matin un jour moi et père au blanc et un connard qui dit sales ritals, un petit français qui dit sales ritals à des français, et un petit français sales ritals à cause du foot, et père il devient rouge, et père ses mains tremblent, mais c'est pas l'alcool il vient de boire son blanc, et père qui donne le regard du vieux chien au jeune, un vieux chien regarde son jeune chien, puis un petit français quand même grand, et jeune, un petit jeune français costaud qui s'en prend à un vieux sale rital, et père son coude quitte le bar, père lève le coude fixe le petit jeune français costaud et pam, son front à père dans le nez du petit français costaud, sauf que père c'est un rital, alors il relève le gars et pam, un autre, et le petit français costaud dit plus sale rital, il crie stop, arrête, et lui à côté, main qui tremble, mais il a bu son blanc aussi, mais ça tremble, de voir du sang pisser du nez, et père dégage sale raciste, et le petit français qui part, et père, en plus ce connard il vient dire ça ici, dans notre bar de ritals, notre territoire, fallait pas qu'il sorte de son territoire l'autre connard dit père, et puis plus tard, plus de père, une fin de livre, et lui une mémoire, un souvenir de coup de boule, et toi à la fin d'un livre, je lis c'est la fin, et ce souvenir, de coups de boule qui partent, ton front qui part et pam un nez en sang, et son sang sur tes joues, et le coeur, qui bat, et un coeur qui bat et toi à la fin d'un livre, une dernière phrase d'une fin de livre, et toi, et un souvenir souvenu de mémoire, et une dernière phrase encore, une dernière phrase première pour toi, comme un amour que tu dis toujours dernier, alors que c'est premier amour, et un amour comme carte postale, une violence comme un souvenir du pays, un pays de coup de boule quitté, et une mort sans mariage, sans mariage une mort au pays souvenu, et toujours dans une dernière phrase à lire, je la lis comme si ce fut la première dis-tu, mais c'est la dernière, une dernière phrase d'une fin de livre, une belle fin pour enfin savoir sortir, pouvoir sortir par une fin première, pour échapper, par les ports, une violence interne à laisser échapper dans un terminal, taper dans un terminal, ici un courriel, pour fuir une envie de faire partir son cou, un coup de boule qui vient du ventre, pour bien faire saigner, un coup avec juste un cou pas d'effet, ou si peu, alors être une partie de chose dans un terminal, une toute petite partie, qui interragie avec d'autres, d'autres parties et mes petites parties diverses, selon les jours telle ou telle partie, mais jamais entier, des parties de corps dans un terminal, même pas des organes, pas des corps avec ou sans organes, mais des parties de corps, des doigts, un oeil, un front, un front et un nez, deux parties qui se touchent sans corps, deux corps s'entrechoquent, un nez et un front s'entrechoquent et des fuites de corps sanguin, et des corps globuleux qui fuient le long d'un visage, un visage qui n'en est plus un, une surface et des corps globuleux qui ruissellent le long de monts dans une surface, jadis des joues, des pomettes et du sang qui coule, et encore pas sorti d'un souvenir, une première dernière phrase que tu lis, et toutes ces images qui passent, et s'entrechoquent, un nez une image, un front une image, un front rencontre un nez à grande vitesse, à grande force, et une nouvelle image, une image rouge d'une rencontre d'images, une dernière phrase en limant la ponctuation, thomas aussi regarda ce flot d'images grossières puis quand ce fut son tour il s'y précipita mais tristement désespérément comme si la honte eût commencé pour lui, en lisant une dernière phrase un premier souvenir souvenu d'une première fois à s'y précipiter, dans un nez autre une première fois un front, le sien, précipité, et une honte de quelqu'un, dire une honte de quelqu'un, non de thomas, thomas pas honte mais quelqu'un, thomas plus là, thomas puis tomas, tomas et toujours recommencer, pour fuir un souvenu, un souvenu oublié pour mieux continuer, alors plus thomas, ni tomas, moma, moma et un terminal, un terminal, et moma, et sam, et tant d'autres, et mona, et moma tomas oublie, en répétant, moma oublie tomas en se répétant en lui, il répète, il se répète, parce qu'il oublie, parce qu'il oublie il se répète, se répète oublie parce qu'il, un oubli répété parce qu'il se répète, parce que d'autres oublient, d'autres oublient alors il se répète car il s'oublie, il s'oublie que d'autres oublient alors se répète un oubli, s'oublient d'autres dans un oubli qu'il répète parce que, dans un oubli répété par d'autres s'oublie parce qu'il, qu'il oublie d'autres oublis répétés par d'autres, toujours un oubli et d'autres répétés par son oubli à lui, il se souvint d'un oubli répété de souvenir, comme d'autres s'oublient, s'oublient d'autres oublis répétés, parce qu'il oublie, alors il répète, et eux aussi, parce qu'il oublie d'autres se répètent en oublis, et c'est fou dit-il, c'est fou comme ce n'est pas un ennui de se répéter, se répète ce n'est pas un ennui car un oubli, je ne m'ennuie pas car je répète dis-je lis-je, je lis qu'il ne s'oublie pas car un ennui répété s'oublie, moi j'oublie dans un ennui, toi pas de moi, toi ennuyé de moi alors oublié, pour mieux continuer, moi plus moi, toi plus moi dit moma, tomas dit plus moi, moi un ennui oublié, m'ennuie moi alors un oubli, pour sortir enfin, enfin une sortie du terminal, un oubli et un terminal se sort, se sort d'un terminal un moi oublié, pour mieux s'ennuyer, ils s'ennuient d'être moi dit-il, moi pas moi alors m'ennuie pas dis-tu, toujours à la fraiche le matin, le matin moi d'hier oublié, pour mieux aller aujourd'hui, et l'historique disent-ils, l'historique du terminal courriel, un nouvel historique chaque jour, chaque jour un oubli et plus d'ennui, jusqu'au prochain, mais on verra quand on y sera, oui, une fois arrivé à un ennui on avisera, ou on oubliera, ça dépendra, mais plus de moi, il ne supporte plus moi dis-tu, moi je ne le supporte plus dit-il, d'être moi m'ennuie plus qu'un oubli, j'avais dit plus de on, oui, c'est vrai, tu aviseras alors, oui j'aviserai le moment venu, pas avant dit-il, une fois à l'oubli j'aviserai dans l'ennui, dis-tu, oui, ne l'oublie pas, n'oublie pas les lis-je dis-tu, c'est capital, tel une majuscule à trois lignes, pas une de moins, oui je lis dis-tu, oui dis-je lis-je, une sortie prochaine, toute proche une sortie, d'ici, pour fuir un terminal, pour se séparer d'un écran, j'en peux plus dis-tu, d'être ici dans un terminal, une partie seulement, et pas de moi, des parties de lui dans un terminal et prêt à sortir, pour l'instant, d'un terminal, alors une dernière commande, une commande quotidienne du soir, une banale commande de terminal pour sortir enfin, [q] pour sortir d'un courriel, puis

[tsidoli@arch ~]$su -
Mot de passe:
[root@arch ~]poweroff

 

Syndiquer le contenu