Charles Pennequin et Armée Noire

les morts rigolos

LUCAS PROUT

16/10/2009 - 12:15






Lucas retourne à la maison, ouvre le carnet d’adresses, trouve le numéro de téléphone de la police et appelle les policiers : Allo les flics !? Venez attraper un voleur qui est mort !

Les policiers : Mais c’est quoi cette histoire ici !? Qui êtes-vous pour parler comme ça ? C’est plutôt vous qui devriez aller en prison, pas le voleur ! Quel est votre nom ?

Lucas : Mon nom c’est Lucas Prout.

Les policiers : Votre nom de famille, c’est Prout ?

Lucas : Non, je dois juste faire un prout. D’ailleurs écoutez, je vais péter dans le téléphone. Prrrr

Les policiers : Où êtes-vous, Monsieur Lucas ?

Lucas : A l’hopital, je me suis fait écraser par une voiture et maintenant je suis mort à l’hopital.

 

Lucas pète dans le téléphone et les policiers sont très très très fachés. Ils prennent leur voiture de police, allument toutes les sirènes et foncent sur la route, vers l’hopital, parce qu’ils n’ont pas compris que ce que Lucas racontait, c’était pour du beurre. Sur la route, ils écoutent la musique à fond. La musique leur plaît beaucoup, les policiers se mettent à danser, danser, danser tellement qu’ils oublient qu’ils sont dans leurs voitures de police en train de foncer vers l’hopital. Ils sont tellement occupés à danser qu’ils ne voient pas l’hopital, droit devant eux, et du coup, paf !, ils foncent avec leur voiture et leur sirène en plein dans une cabine de l’hopital. La voiture casse le mur de la cabine et fonce sur le lit d’un mort qui était occupé à se faire soigner par des infirmières. La voiture écrase le mort et les infirmières s’encourent en hurlant : « Au secours !, au secours !, le mort se fait tuer par des policiers ! Au secours !, attrapez les policiers qui tuent le mort de l’hopital !, à l’aide !! »

 

 

 

LUCAS PROUT LA SUITE !!!!!!!!!

16/10/2009 - 12:32


Les policiers sortent de leur voiture en pyjama. En effet Lucas avait appelé les policiers beaucoup trop tôt, et du coup ceux-ci n’avaient donc pas encore mis leurs déguisements de policiers avant de monter fous-furieux dans leur voiture pour partir à la poursuite de Lucas. Les policiers sont donc là, en pyjama, au milieu de la cabine écrasée, avec un mort en dessous des pneus de leur voiture. Ils se mettent, eux aussi, à hurler dans tout l’hopital : « Que personne ne bouge !, tout le monde reste couché ! Ceux qui sont debout, on les tue ! Le titre de l’histoire, c’est « Les morts rigolos » ! Alors faites attention ! » Ils ouvrent les portes de toutes les chambres de l’hopital et crient : « Où est Lucas Prout, nom de Dieu !? » Ils crient tellement fort que les malades se mettent à avoir tellement mal à la tête qu’ils meurent tous, les uns après les autres.

Peu de temps après la mort de tous les malades de l’hopital, leurs esprits sortent de leurs corps. Une fois que tous les esprits sont sortis des malades, ils se donnent rendez-vous au bar de l’hopital afin de monter un plan pour faire peur aux deux policiers en pyjama qui n’arrêtent toujours pas d’hurler en cherchant Lucas Prout.

 

Syndiquer le contenu