Charles Pennequin et Armée Noire

sf

AdolescenZ [ep. 5 - gOnzen alieN]

01/09/2013 - 00:20

 

putain de.

 

HAZAR.

 

random/shuffle/chaos

 

ne pas narrer. la terre désorbitée. guidée. speedée. à travers la voie lactée.

mais se marrer. remaides de barmaids. mayday. magma ado. émotions du. visqueue

 

troue.

l'amatière.

 

fictionésies.

 

daoship, gravitons engine.

 

vigilance des machines.

 

ni mm dcrire. l'avenir dérivant du vivant délirant. l'@ des #mutants.

mais rire. l'http des iplanets. l'y du lit des plis ruisselle. comets

 

[zarbi la zouz zone erogn en mode gonzo zen la partouz oxygn et binouz]

 

 

baise buzz puzzle pizza free jazz free jizz zipute

 

hommes struisent aliens trouent stryges

manipulent dinosaures tassent

 

partouz interspecies pluriverselle transgalactique

 

le mec se faisant sucer par l'alienette branle le rottweiler sur le cul du stryge hermaphrodite

défonçant les dauphins plein de giclures de cyprines venant des fillettes aux trous dilatés

par les velociraptors trans ruisselant sous la pisse des robos

 

streamin on facebukkake

da tachypsychy censored

hybrid hydr

hard an dark

 

DANS TON CUL !

 

[zarbi la zouz zone erogn en mode gonzo zen la partouz oxygn et binouz]

 

 

au laps d'hui. se laissant saturer par les présences et en

exploser 

 

interpénétrations ? acids hypersynaptogens acids hyproteins acc. ac vivids accid oxyd ?

 

p t p p putouaregs dans les dunes du virtuel ergs du web oasis ruinesques du mirage réel merde en ram

mer de spam sperme charmant l'alarme des dermes pire teen ripine l'air strange chair zen guerre des

gonz haine des normes obscène ogrant ta verge vaginalement m m v m

 

miserre extraterrestre des asteroids bacteriens rien

luv u gurl fuk u gurl tuch u gurl

pov facial spatial anal

 

à POIL les aliens !

 

ouais.

crash trash.

 

ouais.

 

 

@illeurs

 

 

AdolescenZ [EP.1 - mutexturge putopique]

06/11/2012 - 00:35

https://vimeo.com/52287200

 
s'agirait -nonobstant les obstacles exorbitants- de.
gisant rats.
pi de.
grain de graal gond de train tri vallons graalvitons aargl gras largue l'org vite vit grave long art dard râle ile divaguons.
 
s'agirait -nonobstant les obstacles exorbitants- de.
acc. espaces sombres partis depuis longtemps. dans le firmament interstellaire. pipes hack d'oxy nano plug connect in enter waaaaaaw
w
w
w
 
triturant son gros godilaton, expliquant au natif de l'exoplanet 169 l'usage des peaux bitoniques en vie en vue des orgasms supraluminaux.
lui, bandant de tous ses dermes pores suant, t'écoutes excité si présent cypr in t'y prend mais le voyage doit. quoique. 
et puis orifices avides ses bites ses. n r git noire aspire ses. et puis. glisse, gisse. jaillissant. si visqueue que
 
son frère pissant pour fluidifier le foutre de l'extraterrestre
puissants jets j j j
 
pixels in your face
 
 
planète Terre, Voie lactée, matrice X, futur proche.
 
tu t'extirpes -étripé, détrempé- des detritus triturés de sa texture
spectres de peaux de pigeons bidons cryogénisent capteurs photonhaptique pour l'app.
lux
imprégnée de sperme mouillée dégoulinante jouiscence.
ure.
 
[changer c'est prostituer l'humanité][changer c'est prostituer l'humanité][changer c'est prostituer l'humanité]
 
tas cite tournis sa tu roulis tard fut TACITURNE fuck orbe de motière verbes turgescents ruine nuit
tu
fait face aux zombinaires aux vampirobos aux.
tu 
et tes.
 
narrats mutants scriptoxiques txt
marrants nus tant sciptoxiques ext.
 
 
planète Ether, Voie mutée, matrice Y, futur proche.
 
lueurs diaphanes opalescentes limbiques
images dévastées au phosphore radioactif
et ces morves fukushimiques secouant les survivants
les autres, ceux.
c
eux. 
 
bizarre ambiance ici. semblerait que les. bleutés sales verse. abri neoniques dildactifs. superbrachyons au loin.
et elle holo les externets flous low tohu-bohu -l'eau sortant suintant lue- tubes qubits. 
 
[changer c'est prostituer l'humanité][changer c'est prostituer l'humanité][changer c'est prostituer l'humanité]
 
lambris de brouillards embryons débris transis ambre bizarre infinie antre entrouillard
t'es foutu
t'es fou
t
 
 
toux solaire volutes et puis nous qui voulons lovons le désastre le ch le q le putain de. la.
CHAosTARSIS
 

 

terminal-|-fiction

16/04/2010 - 22:00

 

- - c'était un ciel noir de terminal | un noir transpercé de quelques points lumineux d'un blanc-gris d'avril | que derridovtich observait de derrière une fenêtre | une fenêtre qui pour toute transparente qu'elle fût n'en ressemblait pas moins à cet autre écran qu'il avait devant lui | à quelques centimètres de ses doigts pistonants un vieux clavier thinkpad.
                                                                  
                                    au début | la ligne de commande fut. c'était le titre d'un truc que derridovitch venait de lire sur le web | il trouvait ça bien comme titre | in the beginning was the command line | quand bien même ce n'était pas vrai dans son cas.

                       comme pour d'aucuns qu'il ne connaissait pas mais dont il supposait l'existence | de novo to order versus erat | la ligne de commande était une fin d'après un début graphique pas encore au point d'en écrire | la ligne de commande fut ma fin mais enfin une ligne de commande.

                                             tout cela ce computait dans le cerveau d'anton derridovitch en cette nuit noire d'avril | cela ne calculait donc pas tant que cela | ces calculs qu'il computait en bon anglicisme geek lui laissait une mémoire vide | vidé de par ces deux écrans qui devant lui se parsemait de pixels qui à force d'être gris n'en était que plus blanc | de novo to order versus erat | fut une ligne de commande | un début - -

derridovitch venait de se taper un poweroff. plus de blanc désormais, encore moins de gris, que du noir bien foncé qui lui rigolait à la gueule. il se disait ça depuis quelques temps, que l'écran éteint se moquer de lui, s'esclaffer dans sa face de jeune geek inaccompli ; c'est ce que pensait derridovitch en cet instant. mais c'était l'heure, alors il se leva, prit sa pochette d'ajja17 rouge, son briquet bic, ses feuilles et sa rouleuse rila croix bleues, ses filtres top, et foutut tout ça dans trois poches différentes: arrière-gauche pour la pochette et les feuilles qui tenait sous le rabat, avant-droite pour les filtres, et avant-gauche pour le briquet et la rouleuse. et chaque fois dans cet ordre, bien qu'il ne savait pas pourquoi, mais sans doute cela avait-il une certaine importance, cet ordre, ce forage dansé de mains, préhendant chaque chose en chaque temps pour les foutre en chaque lieu d'un pantalon. c'était pas très cyberpunk de fumer du tabac de vieux, du tabac tout cours, par rapport aux multi-nationales et toutes ces conneries, mais derridovitch s'en branler de leurs prêches à ces petits connards corrects qui viralisaient leurs paroles toutes apprises et toutes faites dans ces lieux qu'ils se devaient tous de fréquenter. sans doute le rire de l'écran venait de là, de tous ces rires blancs de petits petzouilles branchouilles qui, il se le pensait, devaient faire chier les gens le week-end, devant les gares, sur les rues commercantes, pour qu'ils filent des thunes à greenpeace, ou une quelconque autre connerie du genre, leur militantisme étant sans limites, du moins pas limité à la toile que lui, anton, se venait de quitter.

derridovitch n'était pas du matin. il venait de se taper un poweroff, et debout, devant lui, l'autre fenêtre se dilatait à ses yeux, s'ouvrant par un trou dans le verre même, - - que les rayons matinals fondaient en une ouverture qui n'était pas là | mais tout de même présente | chauffant les verres encore plus proches de ses yeux, ceux qui lui permettaient de voire cette dilatation qui se travailler | qui le trompait en quelque sorte | qui ne pouvait que lui rappeler | un amas de pixels morts - -

Syndiquer le contenu